Istvan Kertesz à Vienne

 

Qui se rappelle encore ce chef hongrois – Istvan Kertesz – né en 1929, tragiquement disparu par noyade en 1973, il avait alors 43 ans ?

71+qc2DOIiL._SL1200_

 

51c2F6HzdWL

Decca regroupe en un coffret de 20 CD + 1 BluRay audio la totalité des enregistrements réalisés par Kertesz à Vienne, essentiellement avec le Philharmonique de Vienne. Tout cela était déjà connu et avait été publié séparément, la nouveauté est la plus-value sonore qu’offre le BluRay des symphonies de Schubert.

On se demande pourquoi Decca a limité ce coffret aux seuls enregistrements viennois, peut-être parce qu’avait déjà un publié un autre coffret très incomplet The London years ? Incomplet parce qu’à deux exceptions près, omettant les symphonies et poèmes symphoniques de Dvorak.

81FBQA2fXmL._SL1400_

Réjouissons-nous cependant de retrouver la talentueuse jeunesse d’un chef qui commence à enregistrer à moins de 30 ans. Ses Mozart symphoniques d’abord, d’un bel équilibre, avec les timbres fruités des Viennois, trop sages peut-être, comme si le jeune Hongrois n’osait pas affirmer de partis pris trop prononcés. Mais dans les pages lyriques il est plus à son affaire : je ne connaissais pas le double CD intitulé Mozart Opera Festival où Kertesz livre une sorte de best of des opéras les plus connus de Mozart avec une des plus belles équipes qui se puisse rêver au milan des années 60, Lucia Popp, Brigitte Fassbaender, Werner Krenn, Tom Krause et Manfred Jungwirth ! On retrouve avec bonheur l’une des versions de référence de La Clémence de Titus, avec un casting rarement égalé dans cet ouvrage, les Popp, Fassbaender, Krenn déjà nommés et bien sûr Teresa Berganza et Maria Casula. Le Requiem est moins indispensable, à cause d’une direction empesée, des choeurs pas très bien chantants et un curieux quatuor de solistes (Elle Ameling, Marilyn Horne, Ugo Benelli et Tugomir Franc).

De la même époque date le Don Pasquale de Donizetti, où la direction vive, pétillante de Kertesz anime un fabuleux ensemble dominé par le grand Fernando Corena.

J’ai toujours placé parmi mes préférées l’intégrale des symphonies de Schubert de Kertesz, qui exalte comme personne cette Gemütlichkeit si typique de Vienne, Gemütlichkeit étant difficile à traduire, comme un sentiment de bien-être, le confort de l’intimité.

Je suis plus perplexe sur les symphonies de Brahms : la Deuxième est une réussite, mais la Troisième, qui a résisté à bien des baguettes, ne trouve pas son chemin dans le geste hésitant de Kertesz. La Première et la Quatrième se laissent écouter sans déplaisir, mais sans nous convaincre tout à fait.

J’ai gardé pour la fin la première version de la 9ème symphonie de Dvorak, la Nouveau Monde, que Kertesz a gravée à Vienne en 1961, bien avant son intégrale londonienne. Sans doute l’une de mes versions préférées.

jeanpierrerousseaublog.com

Michael Gielen (1927-2019) : une discographie

Il est mort à 91 ans ce 8 mars 2019. Une longue et belle carrière. Et pourtant le nom de Michael Gielen reste largement méconnu, même pour les mélomanes avertis, de ce côté-ci du Rhin. La situation n’a pas beaucoup changé depuis 1995 et cet article de Libération : Michael Gielen à ParisJ’ai déjà évoqué cet étrange phénomène, ces frontières invisibles mais réelles dans le monde de la musique : Préférence nationale

Heureusement, le Südwestrundfunk (la radio publique allemande qui regroupe les antennes historiques de Baden BadenSüdwestfunk – et Stuttgart – Süddeutscher Rundfunk) a publié les archives de celui qui a été le directeur musical de l’orchestre du SWF de Baden Baden de 1986 à 1999.

Que nous révèlent ces disques de l’art de Michael Gielen ? Une forme d’objectivité, qui n’est pas neutralité ou manque d’imagination, un respect scrupuleux du texte qui débouche sur une grandeur sans grandiloquence, une puissance sans artifices..

La discographie de Michael Gielen illustre la diversité de ses intérêts, ses racines « classiques » en même temps qu’une inlassable curiosité pour les répertoires les plus larges.

51T+PksVA6L

71sne6bvtOL._SL1200_

7140xUr4aRL._SL1200_

71-Iy1EAviL._SL1200_

Après les  Beethoven, Brahms, Bruckner de Michael Gielen (lire L’inconnu de la baguette), ce sont des coffrets composites, mais extraordinairement passionnants, qui nous sont proposés.

D’abord parce qu’ils illustrent l’étendue du répertoire de ce contemporain de Pierre Boulezà qui il a souvent été comparé et dont il partageait plus d’un trait commun. Mais à la différence du Français, Gielen l’Autrichien n’a jamais oublié les racines de la musique qui l’a nourri, et a toujours dirigé le répertoire classique, en même temps qu’il défendait et promouvait la création contemporaine. Et, sans qu’il ait eu besoin de le dire et de l’afficher, dans le même état d’esprit qu’Harconcourt ou Gardiner : le respect du texte, de l’Urtext. Ses Haydn manquent un peu de la fantaisie qu’y mettait un JochumMais tout le reste paraît simplement évident, justesse des tempi, des phrasés, sens de la ligne

81RC3TkIdmL._SL1429_

81ew7iUsbPL._SL1473_
81raoOdesuL._SL1500_
81769i4j6aL._SL1200_

S’il est un compositeur et une oeuvre auxquels on associe régulièrement Michael Gielen, c’est Mahler. D’abord une Huitième symphonie captée à Francfort, qui avait attiré et suscité l’admiration de la critique internationale :

Puis une intégrale bâtie avec l’orchestre de la radio de Baden Baden, intégrale passionnante de bout en bout, et à l’exact opposé de la conception d’un Leonard Bernstein.

L’entretien – réalisé en 2009 – ci-dessous donne une grande part des clés de la conception que se fait Gielen de l’interprétation mahlérienne. Passionnant.

Merci à mon ami Pierre Gorjat – jadis complice de l’aventure de Disques en Lice à la Radio suisse romande – qui a fait la traduction de cet entretien :

Michael Gielen sur Mahler (2011)

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu de la musique de Mahler ?

  • Oh oui ! Très bien ! C’était à Vienne. J’ai vécu à Vienne jusqu’en 1960. Je crois que c’était en 1956 ou 57 : Dimitri Mitropoulos dirigeait la Philharmonie de Vienne dans la 6e symphonie de Mahler. Mais il y avait qqch de particulier, autrefois ; les musiciens de la Philharmonie n’avaient que 3 répétitions, et ils ne connaissaient pas cette musique…
  • Comment voyez-vous, sur un plan historique, le conflit entre Mahler et la Philharmonie de Vienne ?
  • Mahler a eu la vie dure, moins à cause de sa musique qu’à cause de ses origines juives ! Il n’a pas seulement été attaqué par les critiques et toutes sortes de gens de cette époque, mais ses rapports avec l’orchestre, qui est pourtant l’orchestre mahlérien idéal, étaient empoisonnés dès le début, parce qu’il voulait exiger des musiciens, lors des deux ou trois ans où il les dirigea, des choses d’ordre musical dont ils ne voulaient absolument rien savoir. Et comme conséquence de ce rapport de forces conflictuel, ils l’ont ostracisé jusqu’à ces 10 ou 15 dernières années, lorsqu’il n’y eut d’autre choix que d’être obligé de jouer du Mahler ! Mais Bernstein, par exemple, lorsqu’il eut dirigé tout un cycle de ses symphonies, s’était plaint amèrement de cette attitude. Cette ligne du refus, qui ne peut être d’ordre musical, car ces gens sont tout de même trop bons pour cela, ne peut reposer que sur une vieille rancune, et tabler sur un antisémitisme qui ne peut être éradiqué. Bernstein, par exemple, qui avait eu un krach avec eux, à l’époque, parce qu’ils l’avaient boycotté, ils l’aimaient bien aussi, évidemment, car c’était quelqu’un qu’on ne pouvait qu’aimer, et ils ont eu beaucoup de succès avec lui, et ont gagné beaucoup d’argent avec les retransmissions télévisées de toutes les symphonies et du Chant de la Terre.
  • Dans quelle mesure la musique de Mahler est-elle autobiographique ?
  • C’est difficile de répondre à cette question : comment pourrais-je savoir cela ? En tout cas, en ce qui concerne ce que Alma rapporte, au sujet d’un changement de mesure dans le Scherzo de la 6e symphonie qui aurait un rapport avec des bousculades d’enfants, c’est n’importe quoi (« Quatsch » !), absolument n’importe quoi, comme presque tout ce que Alma nous révèle ! Je ne crois pas que l’on puisse expressément dire que cette musique soit autobiographique de façon directe, mais que toute expression artistique, qu’on le veuille ou non, est autobiographique. Mes compositions me décrivent : espérons-le, car sinon, je ne serais pas honnête ! Il y a quelques jours, on m’a demandé si je croyais que telle ou telle musique, celle de Mahler aussi, était politique. Naturellement, toute production artistique est politique. Et plus un auteur refuse de l’admettre, plus il le prétend, et plus sa production l’est, car ce refus est en soi un acte politique, n’est-ce pas ? On ne doit pas être pour tel ou tel parti, être nazi ou anti-nazi. Une composante politique est une partie de la vie. On ne peut pas vivre autrement que de vivre dans sa demeure spirituelle, et cela est aussi politique : toujours.
  • Bernstein a popularisé Mahler. Comment vous positionnez-vous, par rapport à son esthétique mahlérienne ?
  • Il est totalement subjectif. Il transpose ses émotions personnelles dans l’interprétation de la musique. Pour lui – et c’est terrible -, sa sphère émotionnelle est pour lui plus importante que la partition. Je crois que c’est un gigantesque malentendu que cette prétendue renaissance mahlérienne commence précisément avec Bernstein. Parce que Bernstein a sentimentalisé, exagéré – il a tout exagéré -, et c’est pour cela qu’on entend le Mahler de Bernstein, mais pas le contenu de la partition, pour une grande part. Certaines choses lui réussissent, de façon quasi miraculeuse, comme le Finale de la 7e. qui est l’un des mouvements les plus problématiques, à cause de ses affinités avec les Maîtres Chanteurs. Mais le son, dans la 7e , va beaucoup plus loin dans la direction de la musique moderne, de la musique ultérieure, du côté des compositions contemporaines de Schoenberg ou Berg, dans une façpn de composer telle qu’on ne saurait l’imaginer dans l’esthétique de Bernstein, qui souligne les aspects régressifs, d’où son succès. Chez Mahler, face aux contenus du XXe siècle, aux déchirures de l’être humain et de la société, Bernstein, que j’admire par ailleurs, passe tout droit, et il n’est pas le seul…
  • Doit-on protéger Mahler contre ses admirateurs ?
  • Oui, je crois qu’on doit avoir le courage de renoncer à une certaine part de succès en ne jouant pas trop la douceur, en ne se noyant pas entièrement dans un beau son, mais au contraire en travaillant sur la polyphonie, la multiplicité des sons, non en insistant sur l’étagement vertical, sur une sorte de standard sonore de la musique romantique, mais au contraire en essayant de travailler sur la base des différentes lignes.
  • Avez-vous été influencé par les enregistrements de Bruno Walter ?
  • L’une des principales préoccupations de Walter, c’est d’aider Mahler, de contribuer à sa percée, de le hisser. Ce n’est pas si solide, si rugueux, si grimaçant, tel que ça devrait l’être par endroits, comme je le crois, d’après la partition, et il y a de nouveau le problème du son qui fait obstacle. Il est en quelque sorte, pour ainsi dire, un précurseur de Bernstein !
  • A quoi rattacheriez-vous la modernité de Mahler ?
  • Avant tout au contenu. Comme je l’ai dit précédemment, au déchirement de l’individu et de la société au XXe siècle, qui ressortissent déjà aux contenus de Mahler, et qui doivent être perceptibles, même quand la musique est par moments pacifiée. Elle est menacée : c’est en quelque sorte comme si le sol menaçait constamment de s’effondrer sous nos pieds. Par exemple, la 4e symphonie, qui est une jolie pièce, qui est décrite, entre guillemets, comme « haydnienne »… Mais le développement du 1er mouvement est infernal : on a vraiment l’impression de plus avoir de sol sous les pieds, lorsque c’est bien présenté, et que ce n’est justement pas enrobé, pas caressé. L’Adagietto, chez plusieurs chefs célèbres, dure 16, 17 minutes. Mais 14 minutes, c’est déjà bien trop lent. Lors de la création avec Mahler, il avait duré 8 minutes, peut-être sous le coup de l’excitation, puis plus tard, plusieurs fois, il dura 9 minutes, Cela ne doit donc pas dégouliner comme du beurre fondu…
  • En ce qui concerne les tempi corrects ?
  • C’est bête, mais Mahler n’a pas donné d’indications métronomiques. Le jeu trop rapide n’a guère sévi, dans les mouvements vifs, et ce ne serait pas différent, je le crois, s’il y avait des indications métronomiques. Même quand les chefs ignorent ce genre d’indications, ou n’y prêtent pas assez garde, il n’est pas vrai qu’ils puissent les ignorer totalement ; il en est ainsi que l’image « moyenne » même de Beethoven, sur ce plan, s’est bien modifiée depuis l’époque de Furtwängler, avant tout grâce à Toscanini, mais Toscanini ne se préoccupait guère des indications métronomiques, car il dirige de toute façon rapidement !
  • Qu’admirez-vous le plus chez Mahler en tant qu’homme ?
  • Eh bien, la partition ! Oui, les partitions, car à côté de sa profession – il a dirigé presque chaque soir…Il a été capable, chaque été, en deux mois et demi de vacances dont il disposait, à Maiernigg, à Toblach ou je ne sais plus où, d’écrire de grandes et importantes œuvres de 70 minutes, et pendant toute l’année, alors qu’il était tous les jours à l’opéra, d’instrumenter et de travailler sur ses partitions, et alors qu’il devait en toute hâte, pendant l’été, avec un tel travail en cours, rédiger des esquisses, et l’on voit bien cela sur le fac simile des esquisses de la partition de la 10e symphonie…En si peu de temps (je crois qu’il est mort à 51 ans), il a énormément travaillé, et de façon aussi exemplaire pour l’opéra, et pas seulement comme compositeur. Bien sûr, il devait gagner sa vie : avec ses symphonies, il ne gagnait pas grand-chose. S’il avait été libre, il n’aurait pas autant travaillé pour l’opéra…

Filmé à Zurich en septembre 2009, par Universal Edition

81wc5jq9YjL._SL1500_

71xnJAQSVvL._SL1200_

71vQFC-rF-L._SL1200_

71eppkeqyRL._SL1200_

Y aura-t-il d’autres volumes ?

Plus chiche est la discographie antérieure à la période allemande de Michael Gielen. On trouve encore quelques beaux enregistrements réalisés à Cincinnati, dont Gielen est le directeur musical de 1980 à 1985.

51vR6-fIwrL

51WJtxiNaCL

91lpjW1eAYL._SL1400_

Quelques disques où Gielen se fait un accompagnateur exigeant :

Ici avec la pianiste brésilienne d’origine polonaise, Felicja Blumental.

41AW3ERCC0L

510ok9pLHpL

Toujours à Vienne avec le jeune Brendel.

Plus récemment avec le tout jeune Christian Tetzlaff

51vGCu9e7pL

616-qTTb2KL._SL1210_

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

Sawallisch chez Orfeo

Le site allemand jpc.de propose actuellement à prix réduit deux coffrets qui documentent une période essentielle de la carrière et de l’art de Wolfgang Sawallisch (1923-2013) – lire L’art de Sawallisch : sa direction ô combien féconde de l’Opéra d’Etat de Bavière de 1971 à 1992.

51H8gxST4lL

Un premier coffret regroupe une série d’enregistrements exceptionnels de studio, tous publiés séparément, mais devenus indisponibles, qui ne doublonnent pas avec ceux parus sous d’autres étiquettes.

CD 1 WEBER Symphonies 1 & 2  (BRSO*) 

CD 2-5  BRUCKNER Symphonies 1, 5, 6, 9 (BSO*)

CD 6 BRAHMS Ein deutsches Requiem (BRSO, Margaret Price, Thomas Allen)

CD 7 Ouvertures WAGNER Les Maîtres-Chanteurs de Nuremberg, VERDI La force du destin, MOZART La flûte enchantée, BEETHOVEN Leonore II, BRAHMS ouv. tragique (BSO)

CD 8 PFITZNER Palestrina, préludes actes I, II, III, Das Käthchen von Heilbronn ouv., Die Rose vom Liebesgarten, extr. (BRSO)

*BRSO = Bayerischer Rundfunk Symphonie-Orchester / Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise

*BSO = Bayerischer Staatsorchester / Orchestre d’Etat de Bavière (orchestre de l’opéra)

Le second coffret regroupe trois « live », tous captés à Munich en juillet 1983- qui font référence depuis leur publication – des opéras de jeunesse de Wagner : Das Liebesverbot (Défense d’aimer), Die Feen (Les fées) et Rienzi

71x6aGPzBML._SL1200_

Distributions :

Les Fées : Kurt Moll, Linda Esther-Gray, Kari Lövaas, Kristina Laki, John Alexander, June Anderson, Roland Herrmann, Jan-Hendrik Rootering, Cheryl Studer, BRSO

Das Liebesverbot : Hermann Prey, Friedrich Lenz, Kieth Engen, Sabine Haas, Pamela Coburn, Alfred Kuhn, Raimond Grumbach, BSO

Rienzi : René Kollo, Cheryl Studer, Jan-Hendrik Rootering, John Janssen, Bodo Brinkmann, Norbert Orth, Kieth Engen, Carmen Anhorn, Raimund Grumbach, Friedrich Lenz, BSO

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

Bernstein Centenary (II)

Après les monumentales rééditions Deutsche Grammophon/Decca et Sony (voir Bernstein Centenary), la commémoration discographique du centenaire de Leonard Bernstein prend fin avec le troisième volet de la Leonard Bernstein Edition chez Sony et un coffret de 7 CD chez Warner.

71rl5cmiirl-_sl1200_

CD 1-2 Berlioz Symphonie fantastique, Harold en Italie (Donald McInnes)

CD 3 Milhaud La Création du Monde, Saudades do Brazil (extr.), Le Boeuf sur le toit

CD 4 Schumann Concerto pour violoncelle, Bloch Schelomo (Mstislav Rostropovitch)

CD 5 Rachmaninov Concerto piano n°3 (Alexis Weissenberg), Extraits de répétitions* Alborada del gracioso, Shéhérazade, Concerto en sol, La Valse

CD 6 Ravel Alborada del Gracioso, Shéhérazade (Marilyn Horne), Concerto en sol (Bernstein au piano), Tzigane (Boris Belkin)* -concert 1975 Théâtre des Champs Elysées

CD 7 Ravel La Valse, Boléro / Bernstein On the Waterfront, Danses symphoniques de West Side Story (concert 1979)*

(*) Inédits, première publication en CD.

81GYUc1QOiL._SL1500_CD 1-2 Bach: Passion St Matthieu  BWV 244 / Lloyd, Wilderman, Addison, Allen, Bressler, NYPO* (1962) +

CD 3-4 Beethoven: Missa solemnis op. 123 / Farrell, Smith, Lewis, Borg, NYPO (1960) + Beethoven Fantaisie Chorale (Rudolf Serkin) + Haydn Theresienmesse / Popp, Elias, Tear, Hudson, LSO* (1979)

CD 5-6 Berlioz Requiem / Burrows, Orchestre National de France+Orchestre philharmonique de Radio France+Choeur Radio France (1975), La Mort de Cléopâtre + Ravel Shéhérazade / Jennie Tourel, NYPO (1961)

CD 7 Bernstein Trouble in Tahiti, Chichester Psalms / Camerata Singers, NYPO + I Hate Music, La bonne cuisine / Jennie Tourel

CD 8-9 Bernstein Mass (1971)

CD 10 Bloch Avodath Hakodesh / Robert Merrill NYPO (1960)

CD 11 Copland In the beginning / Martha Lipton (1953), The Second Hurricane NYPO (1960)

CD 12 Debussy Le martyre de Saint-Sébastien / Montealegre, Weaver, Addison, Babikian, Kleinman, NYPO (1962)

CD 13 Lukas Foss Time Cycle / Adele Addison, CSO* (1960), Song of Songs / Jennie Tourel NYPO (1961)

CD 14-15 Haendel Le Messie / Addison, Oberlin, Lloyd, Warfield, NYPO (1956)

CD 16 Haendel Ode à Sainte-Cécile / Addison, McCollum, NYPO (1959)

CD 17-18 Haydn La Création / Raskin, Young, Reardon, NYPO (1966), Harmoniemesse / Blegen, Von Stade, Riegel, Estes, NYPO (1973)

CD 19 Haydn Missa in tempore belli / Wells, Killebrew, Devlin, Titus, NYPO (1973)

CD 20 Haydn Nelson-Messe / Blegen, Killebrew, Riegel, Estes, NYPO (1976) + Bach Magnificat / Venora, Tourel, Oberlin, Bressler, Farrow, NYPO (1959)

CD 21 Janacek Messe glagolithique / Pilarczyk, Martin, Gedda, Gaynes, NYPO (1963) + Poulenc Gloria / Blegen NYPO (1976)

CD 22-23 Mahler Symphonie n°2 / Armstrong, Baker, choeur festival Edimbourg, LSO (1973)

CD 24 Mahler Das Lied von der Erde / Ludwig, Kollo, IPO* (1972), Adagietto Symphonie n°5 NYPO (1968 live, obsèques de Robert Kennedy)

CD 25 Mahler Kindertotenlieder / Janet Baker, IPO (1974), Finale Symphonie n°2 (chanté en hébreu) / Netania Davrath, Jennie Tourel, The Koi Yisrael Symphony Orchestra (1967)

CD 26 Mahler Des Knaben Wunderhorn / Christa Ludwig, Walter Berry, NYPO (1967)

CD 27 Mahler Kindertotenlieder, Rückert Lieder / Jennie Tourel, NYPO (1960)

CD 28 Mahler Des Knaben Wunderhorn / Christa Ludwig, Walter Berry, Bernstein p. (Vienne 1968)

CD 29 Mahler Rückert Lieder, Lieder de jeunesse, Lieder eines fahrenden Gesellen / Fischer-Dieskau, Bernstein p. (1968, 1977)

CD 30 Milhaud Les Choéphores / Zorina, Jordan, Babikian, Bostwright, NYPO (1961) + Messiaen Trois petites liturgies NYPO (1961)

CD 31 Ravel Shéhérazade / Jennie Tourel, NYPO (1960) + Moussorgski Chants et danses de la mort, Poulenc Banalités / Jennie Tourel, Bernstein p. (1950)

CD 32-34 Richard Strauss Le Chevalier à la rose / Ludwig, Berry, Jones, Popp, Gutstein, Loose, Dickie, Domingo, VPO* (1971)

CD 35 Stravinsky Oedipus Rex / Kollo, Troyanos, Flagello, Krause, BSO* (1972)

CD 36-37 Verdi Falstaff / Fischer-Dieskau, Panerai, Stolze, Dickie, Kunz, Ligabue, Sciutti, Resnik, Rössl-Majdan, VPO (1966)

CD 38-39 Verdi Requiem / Arroyo, Veasey, Domingo, Raimondi, LSO (1970)

CD 40 Wagner Immolation de Brünnhilde, Wesendonck Lieder / Eileen Farrell NYPO (1961)

CD 41 Villa-Lobos Bachianas brasileiras n°5 / Netania Davrath NYPO (1963) + Sibelius Luonnotar / Phyllis Curtin NYPO (1965) + Ravel Shéhérazade / Marilyn Horne Orchestre National de France (1975) + Bernstein extr. Songfest / Valente, Bonazzi, Williams, extr. Pennsylvania Avenue 1600 / Von Stade (1977)

CD 42 Sousa The Star-Spangled Banner + Beethoven extr. Missa Solemnis + Copland Connotations (inauguration David Gefen Hall Lincoln Center 23 sept.  1962) / Farrell, Verrett, Vickers, Bell, NYPO

CD 43 Vaughan Williams Serenade to Music, Mahler extr. Symphonie n°8 / Addison, Amara, Farrell, Chookasian, Tourel, Verrett, Tucker, Bressler, Vickers, London, Flagello, Bell, NYPO (inauguration Avery Fisher Hall Lincoln Center 23 sept. 1962), Tchaikovski Pater noster, Haendel Alleluia du Messie / Bernstein, Horowitz, Menuhin, Fischer-Dieskau, Stern, Rostropovitch (live Carnegie Hall 16 mai 1976), Hymne national israélien IPO (1967)

CD 44-45  Schumann Liederkreis, Richard Strauss Allerseelen, Tchaikovski Mélodies, Rachmaninov Mélodie op.4/6, Duparc La Vie antérieure, Debussy Fêtes galantes I, Satie Mélodies, Liszt Oh quand tu dors, Poulenc Air vif, Offenbach extr. La Périchole / Jennie Tourel, Bernstein p. (live 1969)

CD 46 Brahms Zigeunerlieder, Immer leiser, Feldeinsamkeit, Ständchen, Liebestreu, Mädchenlied, Sapphische Ode, Ruhe Süssliebchen, Die Mainacht, Von ewiger Liebe / Christa Ludwig, Bernstein p. (live Vienne 2 mai 1972)

CD 47 The Joy of Christmas / Mormon Tabernacle Choir, NYPO (1963)

CD 48 Berlioz Symphonie fantastique / NYPO (live Lincoln Center 5 mars 1968)

CD 49 Prokofiev Symphonie n°5 / IPO (live Munich 25 août 1979)

CD 50 Chostakovitch Symphonie n°5 / NYPO (live Tokyo 2 juillet 1979)

CD 51 Tchaikovski Symphonie n°4 / NYPO (1958)

CD 52 Schumann Quintette piano, Mozart Quatuor piano K 476 / Juilliard, Bernstein p. (1964/65)

CD 53 Ravel Concerto sol / Philharmonia (Londres 1946), Bernstein 7 Anniversaries / Bernstein p.(1947), Copland Sonate piano (1947), Blitzstein Dusty Sun / Walter Scheff, Bernstein p. (1945), Bernstein Afterthought, I Hate Music / Blanche Thebom, Bernstein p. (1949)

CD 54 Blitzstein The Airborne symphony / New York City Symphony (1946), Bernstein Facsimile / RCA Victor (1947)

CD 55 Bernstein Symphonie n°1 / Nan Merriman, SLSO* (1945), On the Town (1945) + Copland Billy the Kid, Jingo / RCA Victor (1949) + Gershwin An American in Paris / RCA Victor (1947)

CD 56 Stravinsky Histoire du soldat, Octuor / BSO (1947) + Milhaud La Création du monde / RCA Victor (1945)

Bonus Beethoven Symphonie n°7 + Bernstein On The Town / NYPO (1958)

*BSO : Boston symphony Orchestra

*NYPO : New York Philharmonic Orchestra

*IPO : Israel Philharmonic Orchestra

*CSO : Columbia Symphony Orchestra

*LSO : London Symphony Orchestra

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

 

KARAJAN L’INTEGRALE

C’est à l’évidence une performance inégalée dans le domaine de l’édition discographique. Un très gros coffret de 330 CD, 24 DVD et 2 Blu-Ray audio, l’intégrale de tout ce qui est paru de Karajan (1908-1989) sous étiquettes Deutsche Grammophon et Decca.

91bjgGoJ2SL._SL1500_.jpg

Continuer à lire … « KARAJAN L’INTEGRALE »