Karl Böhm : Philips et Decca

Enfin réédités, magnifiquement « remasterisés », tous les enregistrements réalisés après la guerre par Karl Böhm pour Philips et Decca : un coffret de 38 CD et 1 Blu-Ray Audio avec le fameux Ring capté à Bayreuth.

Mozart: Symphony No. 34 in C major, K338

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 36 in C major, K425 ‘Linz’

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 38 in D major, K504 ‘Prague’

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Requiem in D minor, K626

  • Teresa Stich-Randall (soprano), Ira Malaniuk (mezzo-soprano), Waldemar Kmentt (tenor), Kurt Böhme (bass), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Symphoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 26 in E flat major, K184

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 32 in G major, K318

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Mozart: Piano Concerto No. 27 in B flat major, K595

  • Wilhelm Backhaus (piano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Beethoven: Fantasia for Piano, Chorus and Orchestra in C minor, Op. 80

  • Hans Richter-Haaser, Teresa Stich-Randall (soprano), Judith Hellwig, Hilde Rössel-Majdan (contralto), Anton Dermota (tenor), Erich Majkut, Paul Schöffler (bass-baritone), Wiener Staatsoper (opera company), Karl Böhm
  • Wiener Symphoniker

Mozart: Symphony No. 39 in E flat major, K543

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 40 in G minor, K550

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Mozart: Symphony No. 41 in C major, K551 ‘Jupiter’

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Beethoven: Piano Concerto No. 1 in C major, Op. 15

  • Friedrich Gulda (piano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Beethoven: Piano Concerto No. 3 in C minor, Op. 37

  • Wilhelm Backhaus (piano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Beethoven: Symphony No. 8 in F major, Op. 93

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Schubert: Symphony No. 5 in B flat major, D485

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Schubert: Symphony No. 8 in B minor, D759 ‘Unfinished’

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Beethoven: Symphony No. 9 in D minor, Op. 125 ‘Choral’

  • Teresa Stich-Randall (soprano), Hilde Rössel-Majdan (contralto), Anton Dermota (tenor), Paul Schöffler (bass-baritone), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Symphoniker

Brahms: Piano Concerto No. 1 in D minor, Op. 15

  • Wilhelm Backhaus (piano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Brahms: Piano Concerto No. 2 in B flat major, Op. 83

  • Wilhelm Backhaus (piano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Brahms: Symphony No. 3 in F major, Op. 90

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Weber: Euryanthe Overture

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Weber: Preciosa, Overture J279 (Op. 78)

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Weber: Oberon Overture

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Weber: Peter Schmoll, Overture J8 (Op. 8)

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Bruckner: Symphony No. 3 in D minor ‘Wagner Symphony’

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Bruckner: Symphony No. 4 in Eb Major ‘Romantic’

  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Strauss, R: Tod und Verklärung, Op. 24

  • Royal Concertgebouw Orchestra
  • Karl Böhm

Strauss, R: Vier letzte Lieder

  • Lisa della Casa (soprano)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Dalla sua pace (from Don Giovanni)

  • Anton Dermota (tenor)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Il mio tesoro intanto (from Don Giovanni)

  • Anton Dermota (tenor)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Dies Bildnis ist bezaubernd schön (from Die Zauberflöte)

  • Anton Dermota (tenor)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Strauss, R: Kein andres, das mir so im Herzen loht (from Capriccio)

  • Anton Dermota (tenor)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Schumann: Der Nussbaum, Op. 25 No. 3

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Schumann: Die Lotosblume, Op. 25 No. 7

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Wolf, H: Nimmersatte Liebe (No. 9 from Mörike-Lieder)

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Wolf, H: Der Musikant (No. 2 from Eichendorff-Lieder)

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Wolf, H: Auf ein altes Bild (No. 23 from Mörike-Lieder)

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Wolf, H: Der Gärtner (No. 17 from Mörike-Lieder)

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Strauss, R: Ständchen, Op. 17 No. 2

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Strauss, R: Zueignung, Op. 10 No. 1

  • Anton Dermota (tenor), Hilde Dermota (piano)

Mozart: Non piu andrai, farfallone amoroso (from Le Nozze di Figaro)

  • Paul Schöffler (bass-baritone)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Madamina, il catalogo è questo (from Don Giovanni)

  • Paul Schöffler (bass-baritone)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Verdi: Era la notte (from Otello)

  • Paul Schöffler (bass-baritone)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Verdi: Vanne, la tua meta gia vedo…Credo in un Dio crudel (from Otello)

  • Paul Schöffler (bass-baritone)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Wagner: Leb wohl, du kühnes, herrliches Kind! (from Die Walküre)

  • Paul Schöffler (bass-baritone)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Die Zauberflöte, K620

  • Leopold Simoneau (Tamino), Walter Berry (Papageno), Wilma Lipp (Königen der Nacht), Hilde Gueden (Pamina), Kurt Böhme (Sarastro), Emmy Loose (Papagena), August Jaresch (Monostatos), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Le nozze di Figaro, K492

  • Walter Berry (Figaro), Rita Streich (Susanna), Paul Schöffler (Conte Almaviva), Sena Jurinac (Contessa Almaviva), Christa Ludwig (Cherubino), Ira Malaniuk (Marcellina), Oskar Czerwenka (Bartolo), Erich Majkut (Basilio), Murray Dickie (Curzio), Karl Dönch (Antonio), Rosl Schwaiger (Barbarina), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Symphoniker
  • Karl Böhm

Mozart: Così fan tutte, K588

  • Lisa della Casa (Fiordiligi), Christa Ludwig (Dorabella), Emmy Loose (Despina), Anton Dermota (Ferrando), Erich Kunz (Guglielmo), Paul Schöffler (Don Alfonso), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Strauss, J, II: Die Fledermaus

  • Eberhard Wächter (Eisenstein), Gundula Janowitz (Rosalinde), Waldemar Kmentt (Alfred), Erich Kuchar (Blind), Heinz Holecek (Falke), Renate Holm (Adele), Wolfgang Windgassen (Orlofsky), Erich Kunz (Frank), Otto Schenk (Frosch), Sylvia Lukan (Ida), Wiener Staatsoper (opera company)
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Strauss, R: Die Frau ohne Schatten

  • Hans Hopf (Kaiser), Leonie Rysanek (Kaiserin), Elisabeth Höngen (Amme), Paul Schöffler (Barak), Christel Goltz (Färberin), Wiener Staatsoper
  • Wiener Philharmoniker
  • Karl Böhm

Wagner: Der Ring des Nibelungen

  • also on Blu-ray Audio 24bit / 96kHz
  • Birgit Nilsson (Brünnhilde), Wolfgang Windgassen (Siegfried), James King (Siegmund), Leonie Rysanek (Sieglinde), Theo Adam (Wotan)
  • Bayreuth Festival Orchestra
  • Karl Böhm

Voir jeanpierrerousseaublog.com : Karl Böhm l’héritage Philips et Decca

Michel Corboz : une discographie

On a appris, le 3 septembre, la mort de Michel Corboz à 87 ans. Le chef d’orchestre et de choeur suisse a laissé une très abondante discographie, réalisée pour l’essentiel à l’initiative de Michel Garcin, l’infatigable découvreur de talents et directeur artistique d’Erato pendant près de 40 ans.

Michel Corboz a ainsi pu enregistrer près de 300 disques, essentiellement de musique sacrée. Un grand nombre d’entre eux a accompagné ma découverte de pans entiers de répertoire et reste des références pour toujours.

Discographie sélective (mais aucun disque de Michel Corboz n’est négligeable ni médiocre)

Souvenir intact d’une Passion selon Saint Jean donnée dans l’acoustique pourtant revêche de la Maison des Arts de Thonon. Je n’ai jamais retrouvé pareilles émotions depuis en concert.

Un disque cher à mon coeur depuis longtemps dans ma discothèque, trois concertos de Bach au piano, enregistrés à Lisbonne, du temps où Maria-Joao Pires partageait la vie du chef de l’orchestre Gulbenkian.

Une explication pour le non-initié aux arcanes de la production discographique. Tous les disques de Michel Corboz sont parus sous étiquette Erato. Bon nombre d’entre eux ont été réédités par le label suisse Cascavelle, qui, pendant très longtemps, était le faux-nez d’un couple de généreux mécènes – qui ont aussi financé largement les disques de l’Orchestre de la Suisse romande et d’Armin Jordan.

C’est à Michel Corboz qu’on doit la plus lumineuse, la plus simple, la plus radieuse version du Requiem de Fauré :

Impossible de citer tous les Requiem que Michel Corboz a enregistrés, jusqu’à celui de Verdi. Ils sont tous marqués de la même ferveur radieuse.

L’un de ses enregistrements les moins connus est la Messe en do majeur de Beethoven, une pépite de ma discothèque, où la voix céleste de la soprano suisse Audrey Michael me bouleverse à chaque écoute

Les compositeurs suisses, Arthur Honegger, Frank Martin, ont trouvé en Michel Corboz leur grand interprète moderne :

J’ai évoqué dans mon article (Michel Corboz 1934-2021) un double CD d’absolues raretés, les Requiem de l’auteur d’opérettes Franz von Suppé et du Portugais Bomtempo

Il y a dix ans, Michel Corboz dirigeait le Requiem allemand de Brahms à la Folle journée de Nantes.

Riccardo Muti : l’intégrale symphonique

A l’occasion de son 80ème anniversaire, Warner publie un coffret récapitulatif des enregistrements symphoniques réalisés par Riccardo Muti pour EMI, essentiellement avec l’orchestre Philharmonia de Londres, et l’orchestre de Philadelphie, dont le chef italien a été successivement le directeur musical. Lire : La quarantaine rugissante

Détails du coffret :

Cherubini: Requiem in D minor for male chorus & orchestra

  • New Philharmonia Orchestra, Ambrosian Singers
  • Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 1 in G minor, Op. 13 ‘Winter Daydreams’

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mendelssohn: Symphony No. 3 in A minor, Op. 56 ‘Scottish’

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Nabucco Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Giovanna d’Arco : Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: La battaglia di Legnano – Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Luisa Miller Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: I vespri siciliani Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: La forza del destino Overture

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mozart: Symphony No. 25 in G minor, K183

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mozart: Symphony No. 29 in A major, K201

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Dvořák: Symphony No. 9 in E minor, Op. 95 ‘From the New World’

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mendelssohn: Symphony No. 4 in A major, Op. 90 ‘Italian’

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Symphony No. 4 in D minor, Op. 120

  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Vivaldi: Magnificat, RV611

  • Teresa Berganza (mezzo-soprano), Lucia Valentini Terrani (mezzo-soprano)
  • New Philharmonia Orchestra, New Philharmonia Chorus
  • Riccardo Muti

Vivaldi: Gloria in D major, RV589

  • Teresa Berganza (mezzo-soprano), Lucia Valentini Terrani (mezzo-soprano), New Philharmonia Chorus
  • New Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Tchaikovsky: Romeo & Juliet – Fantasy Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 2 in C minor, Op. 17 ‘Little Russian’

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 3 in D major, Op. 29 ‘Polish’

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Prokofiev: Ivan the Terrible, Op. 116 – concert oratorio (ed. Stassevich)

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Prokofiev: Sinfonietta, Op. 5 / 48

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Beethoven: Piano Concerto No. 3 in C minor, Op. 37

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Beethoven: Andante Favori in F, WoO 57

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Symphony No. 2 in C major, Op. 61

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Hermann und Dorothea: Overture, Op. 136

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mussorgsky: Pictures at an Exhibition

  • Philadelphia Orchestra
  • Riccardo Muti

Stravinsky: The Firebird Suite

  • Philadelphia Orchestra
  • Riccardo Muti

Beethoven: Symphony No. 7 in A major, Op. 92

  • Philadelphia Orchestra
  • Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 5 in E minor, Op. 64

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: La scala di seta Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: Il barbiere di Siviglia Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: Semiramide Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: Il viaggio a Reims Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: L’Assedio Di Corinto: Sinfonia

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Rossini: Guillaume Tell Overture

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Die Braut von Messina: Overture, Op. 100

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Symphony No. 3 in E flat major, Op. 97 ‘Rhenish’

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: I Vespri Siciliani: The Four Seasons (Ballet music)

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Macbeth – Ballo

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Che faceste? Dite su! (from Macbeth)

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Aida – Dance of the Little Moorish Slaves & Ballet

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Gloria all’Egitto (from Aida)

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Verdi: Aida: Ballabile

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Schumann: Symphony No. 1 in B flat major, Op. 38 ‘Spring’

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Mendelssohn: Symphony No. 5 in D major, Op. 107 ‘Reformation’

  • Philharmonia Orchestra
  • Riccardo Muti

Stravinsky: The Rite of Spring

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Symphony No. 6 in F major, Op. 68 ‘Pastoral’

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Tchaikovsky: Symphony No. 4 in F minor, Op. 36

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Verdi: Requiem

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Orff: Carmina Burana

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Mozart: Piano Concerto No. 22 in E flat major, K482

  • Riccardo Muti, Sviatoslav Richter (piano)
  • Philharmonia Orchestra

Mozart: Symphony No. 24 in B flat major, K182

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Tchaikovsky: Piano Concerto No. 1 in B flat minor, Op. 23

  • Riccardo Muti, Andrei Gavrilov (piano)
  • Philharmonia Orchestra

Tchaikovsky: Symphony No. 6 in B minor, Op. 74 ‘Pathétique’

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Chabrier: España

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Ravel: Rapsodie Espagnole

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Falla: El sombrero de tres picos – Suite

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Cherubini: Requiem in C minor

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra, Ambrosian Singers

Tchaikovsky: 1812 Overture, Op. 49

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Tchaikovsky: Serenade for strings in C major, Op. 48

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Prokofiev: Romeo and Juliet – Suite No. 1, Op. 64a

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Prokofiev: Romeo and Juliet – Suite No. 2, Op. 64b

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Stravinsky: Petrushka

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Tchaikovsky: Manfred Symphony, Op. 58

  • Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Franck, C: Symphony in D minor

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Franck, C: Le Chasseur maudit

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Rossini: Stabat Mater

  • Catherine Malfitano (soprano), Agnes Baltsa (mezzo-soprano), Robert Gambill (tenor), Gwyne Howell (bass), Maggio Musicale Fiorentino (opera company)
  • Coro del Maggio Musicale Fiorentino

Mozart: Violin Concerto No. 2 in D major, K211

  • Riccardo Muti, Anne-Sophie Mutter (violin)
  • Philharmonia Orchestra

Mozart: Violin Concerto No. 4 in D major, K218

  • Riccardo Muti, Anne-Sophie Mutter (violin)
  • Philharmonia Orchestra

Rimsky Korsakov: Scheherazade, Op. 35

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Ravel: Boléro

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Ravel: Daphnis et Chloé – Suite No. 2

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Ravel: Alborada del gracioso (orchestral version)

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Schumann: Violin Concerto in D minor, WoO 23

  • Gidon Kremer (violin), Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Sibelius: Violin Concerto in D minor, Op. 47

  • Gidon Kremer (violin), Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Liszt: A Faust Symphony, S108

  • Gösta Winbergh (tenor)
  • Philadelphia Orchestra, Westminster Choir College Male Chorus
  • Riccardo Muti

Liszt: Les Préludes, symphonic poem No. 3, S97

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Verdi: Quattro Pezzi Sacri

  • Arleen Auger (soprano), Rundfunk Chor Stockholm, Stockholmer Kammerchor, Riccardo Muti
  • Berliner Philharmoniker

Brahms: Piano Concerto No. 1 in D minor, Op. 15

  • Alexis Weissenberg (piano), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Mahler: Symphony No. 1 in D major ‘Titan’

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Swan Lake, Op. 20 Suite

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Sleeping Beauty, Suite, Op. 66a

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Handel: Water Music Suite No. 1 in F major, HWV348

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Handel: Water Music Suite No. 2 in D major, HWV349

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Handel: Water Music Suite No. 3 in G major, HWV350

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Cherubini: Missa per l’incoronazione Carlo X (1825)

  • Philharmonia Chorus, Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Cherubini: Marche religieuse

  • Philharmonia Chorus, Riccardo Muti
  • Philharmonia Orchestra

Bach, J S: Brandenburg Concerto No. 2 in F Major, BWV1047

  • Maurice André (trumpet), Philharmonia Orchestra, Riccardo Muti

Telemann: Concerto TWV 51:D7 in D major for trumpet, strings & b.c.

  • Maurice André (trumpet), Philharmonia Orchestra, Riccardo Muti

Torelli: Trumpet Concerto in D major

  • Maurice André (trumpet), Philharmonia Orchestra, Riccardo Muti

Haydn: Trumpet Concerto in E flat major, Hob. VIIe:1

  • Maurice André (trumpet), Philharmonia Orchestra, Riccardo Muti

Bruckner: Symphony No. 4 in Eb Major ‘Romantic’

  • Riccardo Muti
  • Berliner Philharmoniker

Berlioz: Symphonie fantastique, Op. 14

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Respighi: Pines of Rome

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Respighi: Fountains of Rome

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Respighi: Roman Festivals

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Scriabin: Symphony No. 1 in E major, Op. 26

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Mozart: Symphony No. 41 in C major, K551 ‘Jupiter’

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Mozart: Divertimento in D major, K136

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Beethoven: Symphony No. 5 in C minor, Op. 67

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Symphony No. 1 in C major, Op. 21

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Symphony No. 3 in E flat major, Op. 55 ‘Eroica’

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Fidelio Overture Op. 72c

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Consecration of the House Overture, Op. 124

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Symphony No. 2 in D major, Op. 36

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Beethoven: Symphony No. 4 in B flat major, Op. 60

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Berlioz: Roméo et Juliette, Op. 17

  • Riccardo Muti
  • Philadelphia Orchestra

Schubert: Symphony No. 9 in C major, D944 ‘The Great’

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Rachmaninov: Piano Concerto No. 3 in D minor, Op. 30

  • Andrei Gavrilov (piano), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Beethoven: Symphony No. 7 in A major, Op. 92

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Beethoven: Symphony No. 8 in F major, Op. 93

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Schubert: Symphony No. 4 in C minor, D417 ‘Tragic’

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Schubert: Symphony No. 6 in C major, D589

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Mozart: Requiem in D minor, K626

  • Patrizia Pace, Waltraud Meier (mezzo-soprano), Franck Lopardo, James Morris (bass-baritone), Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti
  • Swedish Radio Choir, Stockholmer Kammerchor

Verdi: Requiem

  • Cheryl Studer (soprano), Dolora Zajick (mezzo-soprano), Luciano Pavarotti (tenor), Samuel Ramey (bass), Teatro alla Scala (opera company), Riccardo Muti

Beethoven: Symphony No. 6 in F major, Op. 68 ‘Pastoral’

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Beethoven: Leonore Overture No. 3, Op. 72b

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Bruckner: Symphony No. 6 in A major

  • Berliner Philharmoniker, Riccardo Muti

Cherubini: Mass No.9 ‘For the Coronation of Louis XVIII’

  • London Philharmonic Chorus, Riccardo Muti
  • London Philharmonic Orchestra

Beethoven: Symphony No. 9 in D minor, Op. 125 ‘Choral’

  • Cheryl Studer (soprano), Dolores Ziegler, Peter Seiffert (tenor), James Morris (bass-baritone), The Westminster Choir, Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Scriabin: Symphony No. 3 in C minor, Op. 43 ‘The Divine Poem’

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Romeo & Juliet – Fantasy Overture

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Dvořák: Violin Concerto in A minor, Op. 53

  • Kyung Wha Chung (violin), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Dvořák: Romance in F minor, Op. 11

  • Kyung Wha Chung (violin), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Schubert: Symphony No. 3 in D major, D200

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Schubert: Symphony No. 5 in B flat major, D485

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Scriabin: Symphony No. 2 in C minor, Op. 29

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Hamlet – Fantasy overture, Op. 67

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Rachmaninov: Piano Concerto No. 2 in C minor, Op. 18

  • Andrei Gavrilov (piano), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Rachmaninov: Rhapsody on a Theme of Paganini, Op. 43

  • Andrei Gavrilov (piano), Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 6 in B minor, Op. 74 ‘Pathétique’

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Scriabin: Symphony No. 4 – ‘Le Poème de l’extase’, Op. 54

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Symphony No. 4 in F minor, Op. 36

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Scriabin: Prometheus (The Poem of Fire), Op. 60

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Schubert: Symphony No. 8 in B minor, D759 ‘Unfinished’

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Schubert: Symphony No. 1 in D major, D82

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Tchaikovsky: Symphony No. 5 in E minor, Op. 64

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Tchaikovsky: Francesca da Rimini, Op. 32

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Shostakovich: Symphony No. 5 in D minor, Op. 47

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Shostakovich: Festive Overture, Op. 96

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Schubert: Symphony No. 2 in B flat major, D125

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Schubert: Incidental music to Rosamunde, D797

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Chausson: Poème de l’amour et de la mer, Op. 19

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Ravel: Une barque sur l’océan (orchestral version)

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Debussy: La Mer

  • Philadelphia Orchestra, Riccardo Muti

Vivaldi: Concerto for flute, violin, oboe & bassoon in F major, RV 570 ‘La tempesta di mare’

  • I Solisti dell’Orchestra Filarmonica della Scala, Riccardo Muti

Vivaldi: Flute Concerto, Op. 10 No. 2 in G minor, RV 439 ‘La notte’

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Vivaldi: The Four Seasons

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Motoren, Walzer, Op. 265

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Es gibt nur a Kaiserstadt, ‘s gibt nur a Wien, Polka, Op. 291

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Carriere, Op. 200

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Frauenherz-Polka Op. 166

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Hofballtanze, Waltzer, Op. 298

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Bluette-Polka, Op. 271

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Die Bajadere, Op. 351

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Suppe: Leichte Kavallerie Overture

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Freut euch des Lebens Waltz, Op. 340

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Patronessen – Polka-francaise, Op. 286

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Hellmesberger: Leichtfüssig

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Neue Pizzicato-Polka Op. 449

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Fata Morgana Polka Mazur, Op. 330

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Russischer Marsch, Op. 426

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Dynamiden – Waltz Op. 173

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Vorwärts! – Polka schnell, Op. 127

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Eingesendet, Op. 240

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: An der schönen, blauen Donau, Op. 314

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, I: Radetzky March, Op. 228

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Lagunen-Walzer Op. 411

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Hellenen, Op. 203

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Albion Polka, Op. 102

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Liebeslieder-Walzer, Op. 114

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Ritter Pázmán: Csárdás

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, E: Mit Extrapost, Op. 259

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Suppe: Ein Morgen, ein Mittag, ein Abend in Wien Overture

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, E: Gruß An Prag, Polka française, Op. 144

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Wein, Weib und Gesang, Op. 333

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Persischer Marsch, Op. 289

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Die Libelle – Polka mazur, Op. 204

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Process, Op. 294

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Künstlergruß Polka-mazurka, Op. 274

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, Josef: Marien-Klange, Op. 214

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Eljen a Magyar Schnell-Polka, Op. 332

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: Vom Donaustrande, Op. 356

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, II: An der schönen, blauen Donau, Op. 314

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Strauss, J, I: Radetzky March, Op. 228

  • Riccardo Muti
  • Wiener Philharmoniker

Cherubini: Messa solenne in D minor

  • Riccardo Muti
  • Chor des Bayerischen Rundfunks, Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks

Cherubini: Missa solemnis in E major

  • Riccardo Muti
  • Chor des Bayerischen Rundfunks, Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks

Cherubini: Antifona sul canto fermo 8. tona per coro misto a 6 voci

  • Riccardo Muti
  • Chor des Bayerischen Rundfunks, Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks

Cherubini: Nemo gaudeat in festo septem dolorum B.V. virginis, Motetto a 8 voci

  • Riccardo Muti
  • Chor des Bayerischen Rundfunks, Symphonie-Orchester des Bayerischen Rundfunks

Istvan Kertesz à Vienne

 

Qui se rappelle encore ce chef hongrois – Istvan Kertesz – né en 1929, tragiquement disparu par noyade en 1973, il avait alors 43 ans ?

71+qc2DOIiL._SL1200_

 

51c2F6HzdWL

Decca regroupe en un coffret de 20 CD + 1 BluRay audio la totalité des enregistrements réalisés par Kertesz à Vienne, essentiellement avec le Philharmonique de Vienne. Tout cela était déjà connu et avait été publié séparément, la nouveauté est la plus-value sonore qu’offre le BluRay des symphonies de Schubert.

On se demande pourquoi Decca a limité ce coffret aux seuls enregistrements viennois, peut-être parce qu’avait déjà un publié un autre coffret très incomplet The London years ? Incomplet parce qu’à deux exceptions près, omettant les symphonies et poèmes symphoniques de Dvorak.

81FBQA2fXmL._SL1400_

Réjouissons-nous cependant de retrouver la talentueuse jeunesse d’un chef qui commence à enregistrer à moins de 30 ans. Ses Mozart symphoniques d’abord, d’un bel équilibre, avec les timbres fruités des Viennois, trop sages peut-être, comme si le jeune Hongrois n’osait pas affirmer de partis pris trop prononcés. Mais dans les pages lyriques il est plus à son affaire : je ne connaissais pas le double CD intitulé Mozart Opera Festival où Kertesz livre une sorte de best of des opéras les plus connus de Mozart avec une des plus belles équipes qui se puisse rêver au milan des années 60, Lucia Popp, Brigitte Fassbaender, Werner Krenn, Tom Krause et Manfred Jungwirth ! On retrouve avec bonheur l’une des versions de référence de La Clémence de Titus, avec un casting rarement égalé dans cet ouvrage, les Popp, Fassbaender, Krenn déjà nommés et bien sûr Teresa Berganza et Maria Casula. Le Requiem est moins indispensable, à cause d’une direction empesée, des choeurs pas très bien chantants et un curieux quatuor de solistes (Elle Ameling, Marilyn Horne, Ugo Benelli et Tugomir Franc).

De la même époque date le Don Pasquale de Donizetti, où la direction vive, pétillante de Kertesz anime un fabuleux ensemble dominé par le grand Fernando Corena.

J’ai toujours placé parmi mes préférées l’intégrale des symphonies de Schubert de Kertesz, qui exalte comme personne cette Gemütlichkeit si typique de Vienne, Gemütlichkeit étant difficile à traduire, comme un sentiment de bien-être, le confort de l’intimité.

Je suis plus perplexe sur les symphonies de Brahms : la Deuxième est une réussite, mais la Troisième, qui a résisté à bien des baguettes, ne trouve pas son chemin dans le geste hésitant de Kertesz. La Première et la Quatrième se laissent écouter sans déplaisir, mais sans nous convaincre tout à fait.

J’ai gardé pour la fin la première version de la 9ème symphonie de Dvorak, la Nouveau Monde, que Kertesz a gravée à Vienne en 1961, bien avant son intégrale londonienne. Sans doute l’une de mes versions préférées.

jeanpierrerousseaublog.com

Michael Gielen (1927-2019) : une discographie

Il est mort à 91 ans ce 8 mars 2019. Une longue et belle carrière. Et pourtant le nom de Michael Gielen reste largement méconnu, même pour les mélomanes avertis, de ce côté-ci du Rhin. La situation n’a pas beaucoup changé depuis 1995 et cet article de Libération : Michael Gielen à ParisJ’ai déjà évoqué cet étrange phénomène, ces frontières invisibles mais réelles dans le monde de la musique : Préférence nationale

Heureusement, le Südwestrundfunk (la radio publique allemande qui regroupe les antennes historiques de Baden BadenSüdwestfunk – et Stuttgart – Süddeutscher Rundfunk) a publié les archives de celui qui a été le directeur musical de l’orchestre du SWF de Baden Baden de 1986 à 1999.

Que nous révèlent ces disques de l’art de Michael Gielen ? Une forme d’objectivité, qui n’est pas neutralité ou manque d’imagination, un respect scrupuleux du texte qui débouche sur une grandeur sans grandiloquence, une puissance sans artifices..

La discographie de Michael Gielen illustre la diversité de ses intérêts, ses racines « classiques » en même temps qu’une inlassable curiosité pour les répertoires les plus larges.

51T+PksVA6L

71sne6bvtOL._SL1200_

7140xUr4aRL._SL1200_

71-Iy1EAviL._SL1200_

Après les  Beethoven, Brahms, Bruckner de Michael Gielen (lire L’inconnu de la baguette), ce sont des coffrets composites, mais extraordinairement passionnants, qui nous sont proposés.

D’abord parce qu’ils illustrent l’étendue du répertoire de ce contemporain de Pierre Boulezà qui il a souvent été comparé et dont il partageait plus d’un trait commun. Mais à la différence du Français, Gielen l’Autrichien n’a jamais oublié les racines de la musique qui l’a nourri, et a toujours dirigé le répertoire classique, en même temps qu’il défendait et promouvait la création contemporaine. Et, sans qu’il ait eu besoin de le dire et de l’afficher, dans le même état d’esprit qu’Harconcourt ou Gardiner : le respect du texte, de l’Urtext. Ses Haydn manquent un peu de la fantaisie qu’y mettait un JochumMais tout le reste paraît simplement évident, justesse des tempi, des phrasés, sens de la ligne

81RC3TkIdmL._SL1429_

81ew7iUsbPL._SL1473_
81raoOdesuL._SL1500_
81769i4j6aL._SL1200_

S’il est un compositeur et une oeuvre auxquels on associe régulièrement Michael Gielen, c’est Mahler. D’abord une Huitième symphonie captée à Francfort, qui avait attiré et suscité l’admiration de la critique internationale :

Puis une intégrale bâtie avec l’orchestre de la radio de Baden Baden, intégrale passionnante de bout en bout, et à l’exact opposé de la conception d’un Leonard Bernstein.

L’entretien – réalisé en 2009 – ci-dessous donne une grande part des clés de la conception que se fait Gielen de l’interprétation mahlérienne. Passionnant.

Merci à mon ami Pierre Gorjat – jadis complice de l’aventure de Disques en Lice à la Radio suisse romande – qui a fait la traduction de cet entretien :

Michael Gielen sur Mahler (2011)

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu de la musique de Mahler ?

  • Oh oui ! Très bien ! C’était à Vienne. J’ai vécu à Vienne jusqu’en 1960. Je crois que c’était en 1956 ou 57 : Dimitri Mitropoulos dirigeait la Philharmonie de Vienne dans la 6e symphonie de Mahler. Mais il y avait qqch de particulier, autrefois ; les musiciens de la Philharmonie n’avaient que 3 répétitions, et ils ne connaissaient pas cette musique…
  • Comment voyez-vous, sur un plan historique, le conflit entre Mahler et la Philharmonie de Vienne ?
  • Mahler a eu la vie dure, moins à cause de sa musique qu’à cause de ses origines juives ! Il n’a pas seulement été attaqué par les critiques et toutes sortes de gens de cette époque, mais ses rapports avec l’orchestre, qui est pourtant l’orchestre mahlérien idéal, étaient empoisonnés dès le début, parce qu’il voulait exiger des musiciens, lors des deux ou trois ans où il les dirigea, des choses d’ordre musical dont ils ne voulaient absolument rien savoir. Et comme conséquence de ce rapport de forces conflictuel, ils l’ont ostracisé jusqu’à ces 10 ou 15 dernières années, lorsqu’il n’y eut d’autre choix que d’être obligé de jouer du Mahler ! Mais Bernstein, par exemple, lorsqu’il eut dirigé tout un cycle de ses symphonies, s’était plaint amèrement de cette attitude. Cette ligne du refus, qui ne peut être d’ordre musical, car ces gens sont tout de même trop bons pour cela, ne peut reposer que sur une vieille rancune, et tabler sur un antisémitisme qui ne peut être éradiqué. Bernstein, par exemple, qui avait eu un krach avec eux, à l’époque, parce qu’ils l’avaient boycotté, ils l’aimaient bien aussi, évidemment, car c’était quelqu’un qu’on ne pouvait qu’aimer, et ils ont eu beaucoup de succès avec lui, et ont gagné beaucoup d’argent avec les retransmissions télévisées de toutes les symphonies et du Chant de la Terre.
  • Dans quelle mesure la musique de Mahler est-elle autobiographique ?
  • C’est difficile de répondre à cette question : comment pourrais-je savoir cela ? En tout cas, en ce qui concerne ce que Alma rapporte, au sujet d’un changement de mesure dans le Scherzo de la 6e symphonie qui aurait un rapport avec des bousculades d’enfants, c’est n’importe quoi (« Quatsch » !), absolument n’importe quoi, comme presque tout ce que Alma nous révèle ! Je ne crois pas que l’on puisse expressément dire que cette musique soit autobiographique de façon directe, mais que toute expression artistique, qu’on le veuille ou non, est autobiographique. Mes compositions me décrivent : espérons-le, car sinon, je ne serais pas honnête ! Il y a quelques jours, on m’a demandé si je croyais que telle ou telle musique, celle de Mahler aussi, était politique. Naturellement, toute production artistique est politique. Et plus un auteur refuse de l’admettre, plus il le prétend, et plus sa production l’est, car ce refus est en soi un acte politique, n’est-ce pas ? On ne doit pas être pour tel ou tel parti, être nazi ou anti-nazi. Une composante politique est une partie de la vie. On ne peut pas vivre autrement que de vivre dans sa demeure spirituelle, et cela est aussi politique : toujours.
  • Bernstein a popularisé Mahler. Comment vous positionnez-vous, par rapport à son esthétique mahlérienne ?
  • Il est totalement subjectif. Il transpose ses émotions personnelles dans l’interprétation de la musique. Pour lui – et c’est terrible -, sa sphère émotionnelle est pour lui plus importante que la partition. Je crois que c’est un gigantesque malentendu que cette prétendue renaissance mahlérienne commence précisément avec Bernstein. Parce que Bernstein a sentimentalisé, exagéré – il a tout exagéré -, et c’est pour cela qu’on entend le Mahler de Bernstein, mais pas le contenu de la partition, pour une grande part. Certaines choses lui réussissent, de façon quasi miraculeuse, comme le Finale de la 7e. qui est l’un des mouvements les plus problématiques, à cause de ses affinités avec les Maîtres Chanteurs. Mais le son, dans la 7e , va beaucoup plus loin dans la direction de la musique moderne, de la musique ultérieure, du côté des compositions contemporaines de Schoenberg ou Berg, dans une façpn de composer telle qu’on ne saurait l’imaginer dans l’esthétique de Bernstein, qui souligne les aspects régressifs, d’où son succès. Chez Mahler, face aux contenus du XXe siècle, aux déchirures de l’être humain et de la société, Bernstein, que j’admire par ailleurs, passe tout droit, et il n’est pas le seul…
  • Doit-on protéger Mahler contre ses admirateurs ?
  • Oui, je crois qu’on doit avoir le courage de renoncer à une certaine part de succès en ne jouant pas trop la douceur, en ne se noyant pas entièrement dans un beau son, mais au contraire en travaillant sur la polyphonie, la multiplicité des sons, non en insistant sur l’étagement vertical, sur une sorte de standard sonore de la musique romantique, mais au contraire en essayant de travailler sur la base des différentes lignes.
  • Avez-vous été influencé par les enregistrements de Bruno Walter ?
  • L’une des principales préoccupations de Walter, c’est d’aider Mahler, de contribuer à sa percée, de le hisser. Ce n’est pas si solide, si rugueux, si grimaçant, tel que ça devrait l’être par endroits, comme je le crois, d’après la partition, et il y a de nouveau le problème du son qui fait obstacle. Il est en quelque sorte, pour ainsi dire, un précurseur de Bernstein !
  • A quoi rattacheriez-vous la modernité de Mahler ?
  • Avant tout au contenu. Comme je l’ai dit précédemment, au déchirement de l’individu et de la société au XXe siècle, qui ressortissent déjà aux contenus de Mahler, et qui doivent être perceptibles, même quand la musique est par moments pacifiée. Elle est menacée : c’est en quelque sorte comme si le sol menaçait constamment de s’effondrer sous nos pieds. Par exemple, la 4e symphonie, qui est une jolie pièce, qui est décrite, entre guillemets, comme « haydnienne »… Mais le développement du 1er mouvement est infernal : on a vraiment l’impression de plus avoir de sol sous les pieds, lorsque c’est bien présenté, et que ce n’est justement pas enrobé, pas caressé. L’Adagietto, chez plusieurs chefs célèbres, dure 16, 17 minutes. Mais 14 minutes, c’est déjà bien trop lent. Lors de la création avec Mahler, il avait duré 8 minutes, peut-être sous le coup de l’excitation, puis plus tard, plusieurs fois, il dura 9 minutes, Cela ne doit donc pas dégouliner comme du beurre fondu…
  • En ce qui concerne les tempi corrects ?
  • C’est bête, mais Mahler n’a pas donné d’indications métronomiques. Le jeu trop rapide n’a guère sévi, dans les mouvements vifs, et ce ne serait pas différent, je le crois, s’il y avait des indications métronomiques. Même quand les chefs ignorent ce genre d’indications, ou n’y prêtent pas assez garde, il n’est pas vrai qu’ils puissent les ignorer totalement ; il en est ainsi que l’image « moyenne » même de Beethoven, sur ce plan, s’est bien modifiée depuis l’époque de Furtwängler, avant tout grâce à Toscanini, mais Toscanini ne se préoccupait guère des indications métronomiques, car il dirige de toute façon rapidement !
  • Qu’admirez-vous le plus chez Mahler en tant qu’homme ?
  • Eh bien, la partition ! Oui, les partitions, car à côté de sa profession – il a dirigé presque chaque soir…Il a été capable, chaque été, en deux mois et demi de vacances dont il disposait, à Maiernigg, à Toblach ou je ne sais plus où, d’écrire de grandes et importantes œuvres de 70 minutes, et pendant toute l’année, alors qu’il était tous les jours à l’opéra, d’instrumenter et de travailler sur ses partitions, et alors qu’il devait en toute hâte, pendant l’été, avec un tel travail en cours, rédiger des esquisses, et l’on voit bien cela sur le fac simile des esquisses de la partition de la 10e symphonie…En si peu de temps (je crois qu’il est mort à 51 ans), il a énormément travaillé, et de façon aussi exemplaire pour l’opéra, et pas seulement comme compositeur. Bien sûr, il devait gagner sa vie : avec ses symphonies, il ne gagnait pas grand-chose. S’il avait été libre, il n’aurait pas autant travaillé pour l’opéra…

Filmé à Zurich en septembre 2009, par Universal Edition

81wc5jq9YjL._SL1500_

71xnJAQSVvL._SL1200_

71vQFC-rF-L._SL1200_

71eppkeqyRL._SL1200_

Y aura-t-il d’autres volumes ?

Plus chiche est la discographie antérieure à la période allemande de Michael Gielen. On trouve encore quelques beaux enregistrements réalisés à Cincinnati, dont Gielen est le directeur musical de 1980 à 1985.

51vR6-fIwrL

51WJtxiNaCL

91lpjW1eAYL._SL1400_

Quelques disques où Gielen se fait un accompagnateur exigeant :

Ici avec la pianiste brésilienne d’origine polonaise, Felicja Blumental.

41AW3ERCC0L

510ok9pLHpL

Toujours à Vienne avec le jeune Brendel.

Plus récemment avec le tout jeune Christian Tetzlaff

51vGCu9e7pL

616-qTTb2KL._SL1210_

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

Sawallisch chez Orfeo

Le site allemand jpc.de propose actuellement à prix réduit deux coffrets qui documentent une période essentielle de la carrière et de l’art de Wolfgang Sawallisch (1923-2013) – lire L’art de Sawallisch : sa direction ô combien féconde de l’Opéra d’Etat de Bavière de 1971 à 1992.

51H8gxST4lL

Un premier coffret regroupe une série d’enregistrements exceptionnels de studio, tous publiés séparément, mais devenus indisponibles, qui ne doublonnent pas avec ceux parus sous d’autres étiquettes.

CD 1 WEBER Symphonies 1 & 2  (BRSO*) 

CD 2-5  BRUCKNER Symphonies 1, 5, 6, 9 (BSO*)

CD 6 BRAHMS Ein deutsches Requiem (BRSO, Margaret Price, Thomas Allen)

CD 7 Ouvertures WAGNER Les Maîtres-Chanteurs de Nuremberg, VERDI La force du destin, MOZART La flûte enchantée, BEETHOVEN Leonore II, BRAHMS ouv. tragique (BSO)

CD 8 PFITZNER Palestrina, préludes actes I, II, III, Das Käthchen von Heilbronn ouv., Die Rose vom Liebesgarten, extr. (BRSO)

*BRSO = Bayerischer Rundfunk Symphonie-Orchester / Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise

*BSO = Bayerischer Staatsorchester / Orchestre d’Etat de Bavière (orchestre de l’opéra)

Le second coffret regroupe trois « live », tous captés à Munich en juillet 1983- qui font référence depuis leur publication – des opéras de jeunesse de Wagner : Das Liebesverbot (Défense d’aimer), Die Feen (Les fées) et Rienzi

71x6aGPzBML._SL1200_

Distributions :

Les Fées : Kurt Moll, Linda Esther-Gray, Kari Lövaas, Kristina Laki, John Alexander, June Anderson, Roland Herrmann, Jan-Hendrik Rootering, Cheryl Studer, BRSO

Das Liebesverbot : Hermann Prey, Friedrich Lenz, Kieth Engen, Sabine Haas, Pamela Coburn, Alfred Kuhn, Raimond Grumbach, BSO

Rienzi : René Kollo, Cheryl Studer, Jan-Hendrik Rootering, John Janssen, Bodo Brinkmann, Norbert Orth, Kieth Engen, Carmen Anhorn, Raimund Grumbach, Friedrich Lenz, BSO

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

Bernstein Centenary (II)

Après les monumentales rééditions Deutsche Grammophon/Decca et Sony (voir Bernstein Centenary), la commémoration discographique du centenaire de Leonard Bernstein prend fin avec le troisième volet de la Leonard Bernstein Edition chez Sony et un coffret de 7 CD chez Warner.

71rl5cmiirl-_sl1200_

CD 1-2 Berlioz Symphonie fantastique, Harold en Italie (Donald McInnes)

CD 3 Milhaud La Création du Monde, Saudades do Brazil (extr.), Le Boeuf sur le toit

CD 4 Schumann Concerto pour violoncelle, Bloch Schelomo (Mstislav Rostropovitch)

CD 5 Rachmaninov Concerto piano n°3 (Alexis Weissenberg), Extraits de répétitions* Alborada del gracioso, Shéhérazade, Concerto en sol, La Valse

CD 6 Ravel Alborada del Gracioso, Shéhérazade (Marilyn Horne), Concerto en sol (Bernstein au piano), Tzigane (Boris Belkin)* -concert 1975 Théâtre des Champs Elysées

CD 7 Ravel La Valse, Boléro / Bernstein On the Waterfront, Danses symphoniques de West Side Story (concert 1979)*

(*) Inédits, première publication en CD.

81GYUc1QOiL._SL1500_CD 1-2 Bach: Passion St Matthieu  BWV 244 / Lloyd, Wilderman, Addison, Allen, Bressler, NYPO* (1962) +

CD 3-4 Beethoven: Missa solemnis op. 123 / Farrell, Smith, Lewis, Borg, NYPO (1960) + Beethoven Fantaisie Chorale (Rudolf Serkin) + Haydn Theresienmesse / Popp, Elias, Tear, Hudson, LSO* (1979)

CD 5-6 Berlioz Requiem / Burrows, Orchestre National de France+Orchestre philharmonique de Radio France+Choeur Radio France (1975), La Mort de Cléopâtre + Ravel Shéhérazade / Jennie Tourel, NYPO (1961)

CD 7 Bernstein Trouble in Tahiti, Chichester Psalms / Camerata Singers, NYPO + I Hate Music, La bonne cuisine / Jennie Tourel

CD 8-9 Bernstein Mass (1971)

CD 10 Bloch Avodath Hakodesh / Robert Merrill NYPO (1960)

CD 11 Copland In the beginning / Martha Lipton (1953), The Second Hurricane NYPO (1960)

CD 12 Debussy Le martyre de Saint-Sébastien / Montealegre, Weaver, Addison, Babikian, Kleinman, NYPO (1962)

CD 13 Lukas Foss Time Cycle / Adele Addison, CSO* (1960), Song of Songs / Jennie Tourel NYPO (1961)

CD 14-15 Haendel Le Messie / Addison, Oberlin, Lloyd, Warfield, NYPO (1956)

CD 16 Haendel Ode à Sainte-Cécile / Addison, McCollum, NYPO (1959)

CD 17-18 Haydn La Création / Raskin, Young, Reardon, NYPO (1966), Harmoniemesse / Blegen, Von Stade, Riegel, Estes, NYPO (1973)

CD 19 Haydn Missa in tempore belli / Wells, Killebrew, Devlin, Titus, NYPO (1973)

CD 20 Haydn Nelson-Messe / Blegen, Killebrew, Riegel, Estes, NYPO (1976) + Bach Magnificat / Venora, Tourel, Oberlin, Bressler, Farrow, NYPO (1959)

CD 21 Janacek Messe glagolithique / Pilarczyk, Martin, Gedda, Gaynes, NYPO (1963) + Poulenc Gloria / Blegen NYPO (1976)

CD 22-23 Mahler Symphonie n°2 / Armstrong, Baker, choeur festival Edimbourg, LSO (1973)

CD 24 Mahler Das Lied von der Erde / Ludwig, Kollo, IPO* (1972), Adagietto Symphonie n°5 NYPO (1968 live, obsèques de Robert Kennedy)

CD 25 Mahler Kindertotenlieder / Janet Baker, IPO (1974), Finale Symphonie n°2 (chanté en hébreu) / Netania Davrath, Jennie Tourel, The Koi Yisrael Symphony Orchestra (1967)

CD 26 Mahler Des Knaben Wunderhorn / Christa Ludwig, Walter Berry, NYPO (1967)

CD 27 Mahler Kindertotenlieder, Rückert Lieder / Jennie Tourel, NYPO (1960)

CD 28 Mahler Des Knaben Wunderhorn / Christa Ludwig, Walter Berry, Bernstein p. (Vienne 1968)

CD 29 Mahler Rückert Lieder, Lieder de jeunesse, Lieder eines fahrenden Gesellen / Fischer-Dieskau, Bernstein p. (1968, 1977)

CD 30 Milhaud Les Choéphores / Zorina, Jordan, Babikian, Bostwright, NYPO (1961) + Messiaen Trois petites liturgies NYPO (1961)

CD 31 Ravel Shéhérazade / Jennie Tourel, NYPO (1960) + Moussorgski Chants et danses de la mort, Poulenc Banalités / Jennie Tourel, Bernstein p. (1950)

CD 32-34 Richard Strauss Le Chevalier à la rose / Ludwig, Berry, Jones, Popp, Gutstein, Loose, Dickie, Domingo, VPO* (1971)

CD 35 Stravinsky Oedipus Rex / Kollo, Troyanos, Flagello, Krause, BSO* (1972)

CD 36-37 Verdi Falstaff / Fischer-Dieskau, Panerai, Stolze, Dickie, Kunz, Ligabue, Sciutti, Resnik, Rössl-Majdan, VPO (1966)

CD 38-39 Verdi Requiem / Arroyo, Veasey, Domingo, Raimondi, LSO (1970)

CD 40 Wagner Immolation de Brünnhilde, Wesendonck Lieder / Eileen Farrell NYPO (1961)

CD 41 Villa-Lobos Bachianas brasileiras n°5 / Netania Davrath NYPO (1963) + Sibelius Luonnotar / Phyllis Curtin NYPO (1965) + Ravel Shéhérazade / Marilyn Horne Orchestre National de France (1975) + Bernstein extr. Songfest / Valente, Bonazzi, Williams, extr. Pennsylvania Avenue 1600 / Von Stade (1977)

CD 42 Sousa The Star-Spangled Banner + Beethoven extr. Missa Solemnis + Copland Connotations (inauguration David Gefen Hall Lincoln Center 23 sept.  1962) / Farrell, Verrett, Vickers, Bell, NYPO

CD 43 Vaughan Williams Serenade to Music, Mahler extr. Symphonie n°8 / Addison, Amara, Farrell, Chookasian, Tourel, Verrett, Tucker, Bressler, Vickers, London, Flagello, Bell, NYPO (inauguration Avery Fisher Hall Lincoln Center 23 sept. 1962), Tchaikovski Pater noster, Haendel Alleluia du Messie / Bernstein, Horowitz, Menuhin, Fischer-Dieskau, Stern, Rostropovitch (live Carnegie Hall 16 mai 1976), Hymne national israélien IPO (1967)

CD 44-45  Schumann Liederkreis, Richard Strauss Allerseelen, Tchaikovski Mélodies, Rachmaninov Mélodie op.4/6, Duparc La Vie antérieure, Debussy Fêtes galantes I, Satie Mélodies, Liszt Oh quand tu dors, Poulenc Air vif, Offenbach extr. La Périchole / Jennie Tourel, Bernstein p. (live 1969)

CD 46 Brahms Zigeunerlieder, Immer leiser, Feldeinsamkeit, Ständchen, Liebestreu, Mädchenlied, Sapphische Ode, Ruhe Süssliebchen, Die Mainacht, Von ewiger Liebe / Christa Ludwig, Bernstein p. (live Vienne 2 mai 1972)

CD 47 The Joy of Christmas / Mormon Tabernacle Choir, NYPO (1963)

CD 48 Berlioz Symphonie fantastique / NYPO (live Lincoln Center 5 mars 1968)

CD 49 Prokofiev Symphonie n°5 / IPO (live Munich 25 août 1979)

CD 50 Chostakovitch Symphonie n°5 / NYPO (live Tokyo 2 juillet 1979)

CD 51 Tchaikovski Symphonie n°4 / NYPO (1958)

CD 52 Schumann Quintette piano, Mozart Quatuor piano K 476 / Juilliard, Bernstein p. (1964/65)

CD 53 Ravel Concerto sol / Philharmonia (Londres 1946), Bernstein 7 Anniversaries / Bernstein p.(1947), Copland Sonate piano (1947), Blitzstein Dusty Sun / Walter Scheff, Bernstein p. (1945), Bernstein Afterthought, I Hate Music / Blanche Thebom, Bernstein p. (1949)

CD 54 Blitzstein The Airborne symphony / New York City Symphony (1946), Bernstein Facsimile / RCA Victor (1947)

CD 55 Bernstein Symphonie n°1 / Nan Merriman, SLSO* (1945), On the Town (1945) + Copland Billy the Kid, Jingo / RCA Victor (1949) + Gershwin An American in Paris / RCA Victor (1947)

CD 56 Stravinsky Histoire du soldat, Octuor / BSO (1947) + Milhaud La Création du monde / RCA Victor (1945)

Bonus Beethoven Symphonie n°7 + Bernstein On The Town / NYPO (1958)

*BSO : Boston symphony Orchestra

*NYPO : New York Philharmonic Orchestra

*IPO : Israel Philharmonic Orchestra

*CSO : Columbia Symphony Orchestra

*LSO : London Symphony Orchestra

jeanpierrerousseaublog.com

 

 

 

 

KARAJAN L’INTEGRALE

C’est à l’évidence une performance inégalée dans le domaine de l’édition discographique. Un très gros coffret de 330 CD, 24 DVD et 2 Blu-Ray audio, l’intégrale de tout ce qui est paru de Karajan (1908-1989) sous étiquettes Deutsche Grammophon et Decca.

91bjgGoJ2SL._SL1500_.jpg

Continuer à lire … « KARAJAN L’INTEGRALE »