BEETHOVEN 2020 : THE NEW COMPLETE EDITION

À plus d’un an du 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven (Bonn, 16 décembre 1770), les éditeurs fourbissent déjà leurs coffrets. Le premier à dégaîner Universal (Deutsche Grammophon Decca) propose rien de moins qu’une nouvelle édition complète de l’oeuvre intégrale du compositeur allemand en 118 CD, 3 Blue Ray, 2 DVD.

Ne pas croire cependant qu’il s’agit de nouveaux enregistrements, sauf pour certaines raretés. Plutôt d’une habile compilation du fonds considérable accumulé par la Deutsche Grammophon, Philips et Decca. Minutages très généreux (souvent supérieurs à 80′).

3 Blue Ray Audio avec les symphonies de Karajan (1961-63), les sonates pour piano de Kempff et les quatuors par les Amadeus. 2 DVD (Fidelio/Bernstein et les symphonies 4 et 7 dirigées par Carlos Kleiber au Concertgebouw)

61o+qOlrwpL._SL1500_

Détails du coffret :

ORCHESTRAL MUSIC

CD 1 Symph. 1,2, Ouv. Les Créatures de Prométhée, Leonore III / Riccardo CHAILLY, LGO*

CD 2 Symph.3,4 / Claudio ABBADO BPO*

CD 3 Ouv. Coriolan / CHAILLY LGO, Symph.5 / Carlo Maria GIULINI LAPO*; Symph.6 ABBADO BPO

CD 4 Symph.7 / Andris NELSONS VPO*, Symph.8 Ouv. Zum Namensfeier CHAILLY LGO

CD 5 Symph.9 / Herbert von KARAJAN BPO Tomowa-Sintow, Baltsa, Schreier, Van Dam

CD 6 Symph.1,2 / Leonard BERNSTEIN VPO, Egmont, extraits / George SZELL VPO, Pilar Lorengar

CD 7 Symph.3 / Pierre MONTEUX VPO, Symph. 4 / Hans SCHMIDT-ISSERSTEDT VPO

CD 8 Symph.5,7 / Carlos KLEIBER VPO

CD 9 Symph.6 / Karl BÖHM VPO, Symph.8 NELSONS VPO

CD 10 Symph.9 / BERNSTEIN VPO Jones, Schwarz, Kollo, Moll

CD 11-15 Symphonies + Fantaisie chorale / John Eliot GARDINER, ORR*, Orgonasova, von Otter, Rolfe-Johnson, Cachemaille

CD 16 Conc.piano mi M WoO 4 / Ronald BRAUTIGAM, Andrew PARROTT, OS Norköpping, Conc.p. 2 / Martha ARGERICH, Gabriel CHMURA, OSI*, Conc.p.1 / ARGERICH, Seiji OZAWA, Mito Chamber Orchestra

CD 17 Conc.p.3, 4 / Alfred BRENDEL, Simon RATTLE VPO

CD 18 Conc.p.5 / Krystian ZIMERMAN, BERNSTEIN VPO, Conc.violon / Vadim REPIN, Riccardo MUTI VPO

CD 19 Conc.vl / Anne Sophie MUTTER, KARAJAN BPO, Romances violon 1,2 / MUTTER Kurt MASUR NYPO*, Romance cantabile WoO 207, Patrick GALLOIS, Myung Wung CHUNG Philharmonia

CD 20 Conc.p.1 / Rudolf BUCHBINDER, Christian THIELEMANN BPO, Conc.p.2 / Friedrich GULDA, Horst STEIN VPO, Rondo p.WoO 6 / Sviatoslav RICHTER, Kurt SANDERLING, VSO*

CD 21 Conc.p.3, Fantaisie chorale / Maurizio POLLINI, ABBADO BPO, Conc.p.4 POLLINI BÖHM VPO

CD 22 Conc.p.5 / Wilhelm KEMPFF Ferdinand LEITNER BPO, Conc.p.ré M (transcription conc.vl.) / Daniel BARENBOIM ECO*

CD 23 Triple concerto / Trio CHUNG Philharmonia, Mvt conc.vl. WoO 5 / Gidon KREMER, Emil TCHAKAROV LSO*, MOZART Conc.p.20 (cadences I et III Beethoven) / Rudolf SERKIN, ABBADO LSO

Abréviations :

ASMIF : Academy of Saint Martin in the Fields

BBCSO : Orchestre symphonique de la BBC

BPO : Orchestre philharmonique de Berlin

ECO : English Chamber Orchestra

LSO : Orchestre symphonique de Londres

ORR : Orchestre Révolutionnaire et Romantique

OSI : Orchestre de la Suisse italienne

RCO : Royal Concertgebouw Orchestra Amsterdam

RPO : Royal Philharmonic Orchestra, London

VPO : Orchestre philharmonique de Vienne

VSO : Orchestre symphonique de Vienne

MUSIC FOR THE STAGE

CD 24 Ballet des chevaliers WoO 1 / KARAJAN BPO, Les Créatures de Prométhée / Orpheus Chamber Orchestra

CD 25 Menuets WoO 7, Danses allemandes WoO 8 / Neville MARRINER, ASMIF*, Contredanses WoO 14 / Lorin MAAZEL BPO, Ländler WoO 15 / Karl-Anton RICKENBACHER Bayerische Kammerphilharmonie, Marches / Hans PRIEM-BERGRATH BPO

CD 26 Egmont musique de scène / ABBADO BPO Studer Ganz, Les Ruines d’Athènes musique de scène Bernhard KLEE BPO Auger Hirte Crass, Gratulations-Menuett WoO 3 KARAJAN BPO

CD 27 Le Roi Etienne ou le premier bienfaiteur de la Hongrie op.117 / CHUNG Santa Cecilia Rome, Tarpeja Marsch WoO 2a / Andrew DAVIS BBCSO*, L’inauguration de la maison op.134, Leonore Prohaska WoO 36 / ABBADO BPO McNair

CD 28-29 Leonore ou le triomphe de l’amour conjugal / GARDINER ORR Miles, Martinpelto, Begley, Hawlatha, Oelze, Schade

CD 30-31 Fidelio / ABBADO Lucerne Festival Orchestra Mattei Struckmann Kaufmann Stemme 

KEYBOARD MUSIC

CD 32 Sonates 1,2,3 / POLLINI

CD 33 Sonates 4 / Emil GILELS, 5 / Zoltan KOCSIS, 6 / Claudio ARRAU, 8 / Stephen KOVACEVICH

CD 34 Sonates 7 / ARRAU, 9,11 / BRENDEL, 10 / Vladimir ASHKENAZY

CD 35 Sonates 12, 15 / BRENDEL, 13 / GILELS, 14 / Nelson FREIRE, 19 / Radu LUPU

CD 36 Sonates 16 / BRENDEL, 17 / ARRAU, 18 / KOVACEVICH, 20 / LUPU

CD 37 Sonates 21,23,25 / GILELS, 22 / BRENDEL, 24 / ASHKENAZY

CD 38 Sonates 26,27,29 / GILELS

CD 39-40 Sonates 28-32 / POLLINI

CD 41 Sonates 8 / LUPU, 14 / Murray PERAHIA, 17 / Hélène GRIMAUD, 21 / FREIRE

CD 42 Sonates 23 / Friedrich GULDA, 26 / Evgueni KISSIN, 29 / PERAHIA

CD 43 Sonates 30 / GILELS, 31 / BRENDEL, 32 / Mitsuko UCHIDA

CD 44 Bagatelles op.33 / Alicia de LARROCHA, Bagatelles op.119 / BRENDEL, Bagatelles op.126 / KOVACEVICH, Bagatelle WoO 56 / Mikhail PLETNEV, Lettre à Elise / LANG LANG, Pièces WoO 54,60,81,214 / Gianluca CASCIOLI

CD 45 Kurfürsten-Sonaten WoO 47 / GILELS, Jörg DEMUS, Rondos WoO 48,49, Bagatelle WoO 52 / PLETNEV, Sonatines WoO 50,51, Allegretto Wo0O 52 / CASCIOLI, Andante favori WoO 57 / Alice Sara OTT, Rondo a capriccio « Colère sur un sou perdu » / Anatol UGORSKI

CD 46 Rondos op.51 / LUPU, Fantaisie op.77 / CASCIOLI, Polonaise op.89 / Julius KATCHEN,  Menuets WoO 10 / PLETNEV, Pièces WoO 11,13,55,61,82,84,85,86 / CASCIOLI, Ecossaises WoO 83 / KEMPFF, Menuet WoO 218 / LANG LANG

CD 47 Variations Wo0 54,63,65,68 / PLETNEV, WoO 66 / CASCIOLI, WoO 69 / Olli MUSTONEN, WoO 71 / ASHKENAZY

CD 48 Variations WoO 72,73,75,76,77 / CASCIOLI, Variations op.34 / PLETNEV, Variations Eroica / GILELS

CD 49 Variations WoO 78,79,80 / MUSTONEN, Variations op.76 / CASCIOLI, Variations Diabelli / KOVACEVICH

CD 50 Variations Diabelli / BRENDEL, Variations Eroica / Clifford CURZON

CD 51 Variations WoO 67 / Arthur & Lucas JUSSEN, Sonate op.6 / Christoph ESCHENBACH, LANG LANG, Marches op.45, Grande fugue op.134, Variations op.74 / Norman SHETLER, DEMUS, Pièces pour orgue mécanique / Simon PRESTON, Variations WoO 64, Marisa ROBLES harpe

CHAMBER MUSIC

CD 52 Sonates violon piano 1-4 / KREMER ARGERICH

CD 53 Sonates vl.p.5,6 / Itzhak PERLMAN ASHKENAZY, Variations WoO 40, Rondo WoO 41/ Yehudi MENUHIN KEMPFF, Danses allemandes WoO 42 / David GARRETT Bruno CANINO

CD 54 Sonates  vl.p. 7,9 / MUTTER Lambert ORKIS

CD 55 Sonates vl.p.8,9,10 / Augustin DUMAY Maria Joao PIRES

CD 56-57 Sonates et variations violoncelle piano / Misha MAISKY ARGERICH

CD 58 Variations flûte piano op.107, 108 / Patrick GALLOIS Cécile LICAD, Duos 2 flûtes / GALLOIS RAMPAL

CD 59 Sonate cor p. op.17 / Barry TUCKWELL ASHKENAZY, Sonatines mandoline WoO 43,44 / Eduard FIETZ Amadeus WEBERSINKE, Pièces WoO 32,34,35 / Quatuor HAGEN, Sonate vlc.p. op.17 / Pablo CASALS, Mieczyslaw HORSZOWKI

CD 60-61 Trios p.vl.vlc. WoO38 / KEMPFF SZERYNG FOURNIER, 1,2,3,5,6 / BEAUX ARTS Trio

CD 62 Variations p.vl.vlc op.44, op.121a, Trio WoO39 /  KEMPFF SZERYNG FOURNIER

CD 63 Trios op.11, 38 / BEAUX ARTS, Trio op.11 / Karl LEISTER KEMPFF FOURNIER

CD 64 Trios vents WoO 37 / KONTARSKY ZOELLER THUNEMANN, op.87, WoO28 HOLLIGER BOURGUE ELHORST

CD 65-66 Trios vl.alto vlc. / MUTTER GIURANNA ROSTROPOVITCH

CD 67 Sérénade fl.vl.alto op.25 / ZOELLER BRANDIS UEBERSCHAER,  Pièces WoO 9,15,29 / HAGEN

CD 68-71 Quatuors 1-10 / EMERSON

CD 72-74 Quatuors 11-16 / TAKACS

CD 75-77 Quatuors 12-16/ HAGEN

CD 78 Quatuors piano / ESCHENBACH AMADEUS, Equali 4 trombones / Philip JONES Ensemble

CD 79 Quintette op.29 / AMADEUS, Quintette piano vents op.16 / LUPU DE FRIES PIETERSON ZARZO POLLARD, WoO 208 / Ens.vents néerlandais

CD 80 Quintettes op.4 / ENDELLION, op.104 / LINDSAY, Sextuor op.71, marche WoO 29 / Membres BPO

CD 81 Sextuor op.81b / GEWANDHAUS, Septuor op.20 / WIENER OKTETT, Octuor op.103, rondo WoO 25 / Ens.vents néerlandais

LIEDER AND PARTSONGS

CD 82-84 Lieder / FISCHER-DIESKAU SCHREIER GOERNE STOLTE, DEMUS OLBERTZ

CD 85 Partsongs, Canons

FOLKSONGS SETTINGS

CD 86-92  Scottish Irish Welsh Songs / SPENCE ALLEN LOTT WALKER MURRAY 

VOCAL WORKS WITH ORCHESTRA

CD 93 Elegisches Gesang, Opferlied, Bundeslied / Michael TILSON THOMAS LSO*, Ah perfido / Cheryl STUDER ABBADO BPO, Choeurs WoO 89,90.92,93 op.116 / KUHSE VOGEL BÜCHNER Arthur APELT Staatskapelle Berlin

CD 94 Cantates sur la mort de Joseph II, pour l’accession de Leopold II / THIELEMANN Deutsche Oper Berlin

CD 95 Der glorreiche Augenblick / CHUNG Academie Ste Cecile Rome, Meeresstille und glückliche Fahrt, Messe op.86 / GARDINER ORR

CD 96  Missa solemnis / GARDINER ORR MARGIONO ROBBIN KENDALL MILNES

CD 97 Missa solemnis / KARAJAN BPO JANOWITZ LUDWIG WUNDERLICH BERRY

CD 98 Le Christ au mont des oliviers / Bernhard KLEE VSO / HARWOOD KING CRASS

RARITIES

CD 99 Pièces pour clavier, pianoforte / BRAUTIGAM, Tobias KOCH, Steven BECK

CD 100 Quintette piano vents op.16 arr. cordes / AX STERN LAREDO MA, Variations op.107 Pièces vl.p.  / Daniel HOPE Sebastian KNAUER

CD 101 Etudes contrapuntiques / KOCH COVINGTON, Sonates fl.p. / GAZZELLONI CANINO, Sonatines KOCH, Varations Anh.10 / BUCHBINDER

CLASSIC PERFORMANCES

CD 102 Symph.5 1er mvt / Arthur NIKISCH BPO (1913), Symph.7 extr.4ème mvt. / Richard STRAUSS Staatskapelle Berlin (1926), Ouv. Leonore III / Otto KLEMPERER Staatskapelle Berlin (1927), Symph.7 4ème mvt. / KARAJAN Staatskapelle Berlin (1941), Ouv. Leonore II / Fritz BUSCH, Orch.royal du Danemark (1950), Symph.3 2ème mvt / Paul VAN KEMPEN BPO (1951), Symph.8 / Hermann SCHERCHEN RPO*(1954)

CD 103 Ouv. Egmont, Lenore III / FURTWÄNGLER VPO, Coriolan, Symph 5, Grande fugue / FURTWÄNGLER BPO

CD 104 Symph.5,6 / Erich KLEIBER  RCO*

CD 105 Egmont, Symphonie 9   / FRICSAY BPO Seefried Forrester Haefliger Fischer-Dieskau

CD 106 Conc.p.3 / Annie FISCHER FRICSAY, Conc.Vl. / Wolfgang SCHNEIDERHAN JOCHUM BPO

CD 107 Sonate 30 / SCHNABEL, Sonates 8,31 / KEMPFF, Sonate 23 / ARRAU

CD 108 Sonates 18 / Clara HASKIL, 11 / RICHTER, 28 / BACKHAUS, 31 SERKIN 

CD 109 Sonates 15 / GULDA, 4 / MICHELANGELI, 32 / POGORELICH

CD 110 Sonates vlc.p. 3 / FOURNIER GULDA, 5 / ROSTROPOVITCH RICHTER, Trio op.97 / KOGAN GILELS ROSTROPOVITCH

CD 111 Quatuor 13 / BUSCH, Grande fugue / HOLLYWOOD, 16 / LINDSAY

CD 112 Quatuors 6,15 / ITALIANO

CD 113 Adelaide, An die ferne Geliebte / SCHREIER SCHIFF, La partenza, Ariettes, In questa tomba / BARTOLI SCHIFF, In questa tomba / PAVAROTTI GAMBA Philharmonia, Fidelio extr. 3 / SEEFRIED RYSANEK FRICSAY, 7 / ADAM BÖHM, 9 / NILSSON MAAZEL VPO, 10 / SOLTI CHICAGO, 11 / PATZAK BÖHM VPO, 15 / LUDWIG VICKERS KARAJAN VPO, 16 JONES CRASS ADAM BÖHM DRESDE

CD 114 Conc.pf.1,2, Rondo / Robert LEVIN GARDINER ORR

CD 115 Conc.pf.4 / LEVIN GARDINER ORR, Conc.vl., Romance 2 / Thomas ZEHETMAIR Frans BRÜGGEN XVIIIth Century

CD 116 Sonates pf.8,14,17 / Steven LUBIN, Lieder / Von OTTER TAN, Sonate cor / HALSTEAD LEVIN

CD 117 Trio Esprits / STAIER SEPAC QUEYRAS, Quatuor 9 / SCHUPPANZIGH, Quintette op.16 / LEVIN AAM

CD 118 Symph.2, conc.p.4 versions chambre / LEVIN membres ORR, Ah perfido / Camilla TILLING Paul McCREESH, Les Créatures de Prométhée, finale / George PETROU Armonia Atenea

PURE BLUE RAY

BD 1 9 symphonies / KARAJAN BPO (1961-1963)

BD 2 Sonates piano / KEMPFF (1964, 1965, 1971)

BD 3 Quatuors / AMADEUS (1959-1963)

DVD

DVD 1 Fidelio / BERNSTEIN VPO SOTIN KOLLO JANOWITZ JUNGWIRTH POPP DALLAPOZZA (1978)

DVD 2 Symphonies 4, 7 / Carlos KLEIBER RCO (1983)

Lire jeanpierrerousseaublog : Beethoven 250

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michael Gielen (1927-2019) : une discographie

Il est mort à 91 ans ce 8 mars 2019. Une longue et belle carrière. Et pourtant le nom de Michael Gielen reste largement méconnu, même pour les mélomanes avertis, de ce côté-ci du Rhin. La situation n’a pas beaucoup changé depuis 1995 et cet article de Libération : Michael Gielen à ParisJ’ai déjà évoqué cet étrange phénomène, ces frontières invisibles mais réelles dans le monde de la musique : Préférence nationale

Heureusement, le Südwestrundfunk (la radio publique allemande qui regroupe les antennes historiques de Baden BadenSüdwestfunk – et Stuttgart – Süddeutscher Rundfunk) a publié les archives de celui qui a été le directeur musical de l’orchestre du SWF de Baden Baden de 1986 à 1999.

Que nous révèlent ces disques de l’art de Michael Gielen ? Une forme d’objectivité, qui n’est pas neutralité ou manque d’imagination, un respect scrupuleux du texte qui débouche sur une grandeur sans grandiloquence, une puissance sans artifices..

La discographie de Michael Gielen illustre la diversité de ses intérêts, ses racines « classiques » en même temps qu’une inlassable curiosité pour les répertoires les plus larges.

51T+PksVA6L

71sne6bvtOL._SL1200_

7140xUr4aRL._SL1200_

71-Iy1EAviL._SL1200_

Après les  Beethoven, Brahms, Bruckner de Michael Gielen (lire L’inconnu de la baguette), ce sont des coffrets composites, mais extraordinairement passionnants, qui nous sont proposés.

D’abord parce qu’ils illustrent l’étendue du répertoire de ce contemporain de Pierre Boulezà qui il a souvent été comparé et dont il partageait plus d’un trait commun. Mais à la différence du Français, Gielen l’Autrichien n’a jamais oublié les racines de la musique qui l’a nourri, et a toujours dirigé le répertoire classique, en même temps qu’il défendait et promouvait la création contemporaine. Et, sans qu’il ait eu besoin de le dire et de l’afficher, dans le même état d’esprit qu’Harconcourt ou Gardiner : le respect du texte, de l’Urtext. Ses Haydn manquent un peu de la fantaisie qu’y mettait un JochumMais tout le reste paraît simplement évident, justesse des tempi, des phrasés, sens de la ligne

81RC3TkIdmL._SL1429_

81ew7iUsbPL._SL1473_
81raoOdesuL._SL1500_
81769i4j6aL._SL1200_

S’il est un compositeur et une oeuvre auxquels on associe régulièrement Michael Gielen, c’est Mahler. D’abord une Huitième symphonie captée à Francfort, qui avait attiré et suscité l’admiration de la critique internationale :

Puis une intégrale bâtie avec l’orchestre de la radio de Baden Baden, intégrale passionnante de bout en bout, et à l’exact opposé de la conception d’un Leonard Bernstein.

L’entretien – réalisé en 2009 – ci-dessous donne une grande part des clés de la conception que se fait Gielen de l’interprétation mahlérienne. Passionnant.

Merci à mon ami Pierre Gorjat – jadis complice de l’aventure de Disques en Lice à la Radio suisse romande – qui a fait la traduction de cet entretien :

Michael Gielen sur Mahler (2011)

Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu de la musique de Mahler ?

  • Oh oui ! Très bien ! C’était à Vienne. J’ai vécu à Vienne jusqu’en 1960. Je crois que c’était en 1956 ou 57 : Dimitri Mitropoulos dirigeait la Philharmonie de Vienne dans la 6e symphonie de Mahler. Mais il y avait qqch de particulier, autrefois ; les musiciens de la Philharmonie n’avaient que 3 répétitions, et ils ne connaissaient pas cette musique…
  • Comment voyez-vous, sur un plan historique, le conflit entre Mahler et la Philharmonie de Vienne ?
  • Mahler a eu la vie dure, moins à cause de sa musique qu’à cause de ses origines juives ! Il n’a pas seulement été attaqué par les critiques et toutes sortes de gens de cette époque, mais ses rapports avec l’orchestre, qui est pourtant l’orchestre mahlérien idéal, étaient empoisonnés dès le début, parce qu’il voulait exiger des musiciens, lors des deux ou trois ans où il les dirigea, des choses d’ordre musical dont ils ne voulaient absolument rien savoir. Et comme conséquence de ce rapport de forces conflictuel, ils l’ont ostracisé jusqu’à ces 10 ou 15 dernières années, lorsqu’il n’y eut d’autre choix que d’être obligé de jouer du Mahler ! Mais Bernstein, par exemple, lorsqu’il eut dirigé tout un cycle de ses symphonies, s’était plaint amèrement de cette attitude. Cette ligne du refus, qui ne peut être d’ordre musical, car ces gens sont tout de même trop bons pour cela, ne peut reposer que sur une vieille rancune, et tabler sur un antisémitisme qui ne peut être éradiqué. Bernstein, par exemple, qui avait eu un krach avec eux, à l’époque, parce qu’ils l’avaient boycotté, ils l’aimaient bien aussi, évidemment, car c’était quelqu’un qu’on ne pouvait qu’aimer, et ils ont eu beaucoup de succès avec lui, et ont gagné beaucoup d’argent avec les retransmissions télévisées de toutes les symphonies et du Chant de la Terre.
  • Dans quelle mesure la musique de Mahler est-elle autobiographique ?
  • C’est difficile de répondre à cette question : comment pourrais-je savoir cela ? En tout cas, en ce qui concerne ce que Alma rapporte, au sujet d’un changement de mesure dans le Scherzo de la 6e symphonie qui aurait un rapport avec des bousculades d’enfants, c’est n’importe quoi (« Quatsch » !), absolument n’importe quoi, comme presque tout ce que Alma nous révèle ! Je ne crois pas que l’on puisse expressément dire que cette musique soit autobiographique de façon directe, mais que toute expression artistique, qu’on le veuille ou non, est autobiographique. Mes compositions me décrivent : espérons-le, car sinon, je ne serais pas honnête ! Il y a quelques jours, on m’a demandé si je croyais que telle ou telle musique, celle de Mahler aussi, était politique. Naturellement, toute production artistique est politique. Et plus un auteur refuse de l’admettre, plus il le prétend, et plus sa production l’est, car ce refus est en soi un acte politique, n’est-ce pas ? On ne doit pas être pour tel ou tel parti, être nazi ou anti-nazi. Une composante politique est une partie de la vie. On ne peut pas vivre autrement que de vivre dans sa demeure spirituelle, et cela est aussi politique : toujours.
  • Bernstein a popularisé Mahler. Comment vous positionnez-vous, par rapport à son esthétique mahlérienne ?
  • Il est totalement subjectif. Il transpose ses émotions personnelles dans l’interprétation de la musique. Pour lui – et c’est terrible -, sa sphère émotionnelle est pour lui plus importante que la partition. Je crois que c’est un gigantesque malentendu que cette prétendue renaissance mahlérienne commence précisément avec Bernstein. Parce que Bernstein a sentimentalisé, exagéré – il a tout exagéré -, et c’est pour cela qu’on entend le Mahler de Bernstein, mais pas le contenu de la partition, pour une grande part. Certaines choses lui réussissent, de façon quasi miraculeuse, comme le Finale de la 7e. qui est l’un des mouvements les plus problématiques, à cause de ses affinités avec les Maîtres Chanteurs. Mais le son, dans la 7e , va beaucoup plus loin dans la direction de la musique moderne, de la musique ultérieure, du côté des compositions contemporaines de Schoenberg ou Berg, dans une façpn de composer telle qu’on ne saurait l’imaginer dans l’esthétique de Bernstein, qui souligne les aspects régressifs, d’où son succès. Chez Mahler, face aux contenus du XXe siècle, aux déchirures de l’être humain et de la société, Bernstein, que j’admire par ailleurs, passe tout droit, et il n’est pas le seul…
  • Doit-on protéger Mahler contre ses admirateurs ?
  • Oui, je crois qu’on doit avoir le courage de renoncer à une certaine part de succès en ne jouant pas trop la douceur, en ne se noyant pas entièrement dans un beau son, mais au contraire en travaillant sur la polyphonie, la multiplicité des sons, non en insistant sur l’étagement vertical, sur une sorte de standard sonore de la musique romantique, mais au contraire en essayant de travailler sur la base des différentes lignes.
  • Avez-vous été influencé par les enregistrements de Bruno Walter ?
  • L’une des principales préoccupations de Walter, c’est d’aider Mahler, de contribuer à sa percée, de le hisser. Ce n’est pas si solide, si rugueux, si grimaçant, tel que ça devrait l’être par endroits, comme je le crois, d’après la partition, et il y a de nouveau le problème du son qui fait obstacle. Il est en quelque sorte, pour ainsi dire, un précurseur de Bernstein !
  • A quoi rattacheriez-vous la modernité de Mahler ?
  • Avant tout au contenu. Comme je l’ai dit précédemment, au déchirement de l’individu et de la société au XXe siècle, qui ressortissent déjà aux contenus de Mahler, et qui doivent être perceptibles, même quand la musique est par moments pacifiée. Elle est menacée : c’est en quelque sorte comme si le sol menaçait constamment de s’effondrer sous nos pieds. Par exemple, la 4e symphonie, qui est une jolie pièce, qui est décrite, entre guillemets, comme « haydnienne »… Mais le développement du 1er mouvement est infernal : on a vraiment l’impression de plus avoir de sol sous les pieds, lorsque c’est bien présenté, et que ce n’est justement pas enrobé, pas caressé. L’Adagietto, chez plusieurs chefs célèbres, dure 16, 17 minutes. Mais 14 minutes, c’est déjà bien trop lent. Lors de la création avec Mahler, il avait duré 8 minutes, peut-être sous le coup de l’excitation, puis plus tard, plusieurs fois, il dura 9 minutes, Cela ne doit donc pas dégouliner comme du beurre fondu…
  • En ce qui concerne les tempi corrects ?
  • C’est bête, mais Mahler n’a pas donné d’indications métronomiques. Le jeu trop rapide n’a guère sévi, dans les mouvements vifs, et ce ne serait pas différent, je le crois, s’il y avait des indications métronomiques. Même quand les chefs ignorent ce genre d’indications, ou n’y prêtent pas assez garde, il n’est pas vrai qu’ils puissent les ignorer totalement ; il en est ainsi que l’image « moyenne » même de Beethoven, sur ce plan, s’est bien modifiée depuis l’époque de Furtwängler, avant tout grâce à Toscanini, mais Toscanini ne se préoccupait guère des indications métronomiques, car il dirige de toute façon rapidement !
  • Qu’admirez-vous le plus chez Mahler en tant qu’homme ?
  • Eh bien, la partition ! Oui, les partitions, car à côté de sa profession – il a dirigé presque chaque soir…Il a été capable, chaque été, en deux mois et demi de vacances dont il disposait, à Maiernigg, à Toblach ou je ne sais plus où, d’écrire de grandes et importantes œuvres de 70 minutes, et pendant toute l’année, alors qu’il était tous les jours à l’opéra, d’instrumenter et de travailler sur ses partitions, et alors qu’il devait en toute hâte, pendant l’été, avec un tel travail en cours, rédiger des esquisses, et l’on voit bien cela sur le fac simile des esquisses de la partition de la 10e symphonie…En si peu de temps (je crois qu’il est mort à 51 ans), il a énormément travaillé, et de façon aussi exemplaire pour l’opéra, et pas seulement comme compositeur. Bien sûr, il devait gagner sa vie : avec ses symphonies, il ne gagnait pas grand-chose. S’il avait été libre, il n’aurait pas autant travaillé pour l’opéra…

Filmé à Zurich en septembre 2009, par Universal Edition

81wc5jq9YjL._SL1500_

71xnJAQSVvL._SL1200_

71vQFC-rF-L._SL1200_

71eppkeqyRL._SL1200_

Y aura-t-il d’autres volumes ?

Plus chiche est la discographie antérieure à la période allemande de Michael Gielen. On trouve encore quelques beaux enregistrements réalisés à Cincinnati, dont Gielen est le directeur musical de 1980 à 1985.

51vR6-fIwrL

51WJtxiNaCL

91lpjW1eAYL._SL1400_

Quelques disques où Gielen se fait un accompagnateur exigeant :

Ici avec la pianiste brésilienne d’origine polonaise, Felicja Blumental.

41AW3ERCC0L

510ok9pLHpL

Toujours à Vienne avec le jeune Brendel.

Plus récemment avec le tout jeune Christian Tetzlaff

51vGCu9e7pL

616-qTTb2KL._SL1210_

jeanpierrerousseaublog.com