Kurt Masur (1927-2015) : l’héritage Teldec Warner

Warner a bien fait les choses en regroupant dans ce coffret de 70 CD une grande partie de l’héritage discographique du chef allemand Kurt Masur (1927-2015) qui a attaché son nom à l’orchestre du Gewandhaus de Leipzig, fondé par Mendelssohn en 1835, orchestre dont il a été le tout puissant directeur musical de 1970 à 1996. Ses mandats ultérieurs – New York Philharmonic, London Philharmonic, Orchestre National de France – ont laissé moins de souvenirs, même si ce coffret documente sa présence américaine et londonienne.

Kurt Masur représente la figure du Kapellmeister, sans que ce terme doive être perçu péjorativement.

On aime particulièrement l’intégrale des poèmes symphoniques de Liszt, qui sonnent idéalement dans l’acoustique du Gewandhaus. On relève quelques (rares) incursions dans l’univers de Mahler. Les Russes, Prokofiev, Chostakovitch et surtout Tchaikovski réussissent particulièrement bien à Kurt Masur, qui se garde de tout excès, et ne surinterprète pas des partitions qui n’en ont pas besoin.

Un coffret indispensable qui n’interdit surtout pas d’acquérir les coffrets Berlin Classics, les Beethoven et les Brahms jadis publiés par Philips. Toujours dans des prises de son précises et idéalement aérées.

Auteur : JPRousseau

Globetrotter, world traveler

Une réflexion sur « Kurt Masur (1927-2015) : l’héritage Teldec Warner »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :