DEBUSSY : MELODIES

Stéphanie d’Oustrac, Wolfgang Holzmair et Philippe Cassard viennent d’offrir au public liégeois une trentaine de mélodies de Debussy, couvrant toute sa période créatrice. De pures merveilles.

Qu’en est-il de la discographie de ce répertoire raffiné, sensuel, exigeant ?

Pour retrouver Philippe Cassard – qui est bien plus qu’un « accompagnateur » – on essaiera de retrouver un disque naguère réalisé avec Véronique Dietschy. J’aurais beaucoup plus de mal à recommander le dernier CD publié avec Natalie Dessay EMI). Pour les mêmes raisons d’allergie au timbre et à la diction, on évitera les Debussy de Barbara Hendricks.

51kjcD9F96L._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sandrine Piau et Jos van Immerseel (enregistrés d’ailleurs dans la Salle Philharmonique) offrent un superbe bouquet chez Naïve.

51-fDokJdEL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour qui cherche un timbre plus ombré, Nathalie Stutzmann est idéale, avec une partenaire d’exception en la personne de Catherine Collard, trop tôt disparue.

51g%2BFg3t1CL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut aussi (re)découvrir l’art de la grande Elly Ameling, qui fêtera ses 80 ans l’an prochain, et à qui EMI consacre un coffret de 8 CD dans sa collection ICON. On peut y entendre une quinzaine des plus belles mélodies de Debussy.

51TdqpUNfJL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les voix d’hommes, c’est d’abord l’inoubliable Bernard Kruysen qui a mes faveurs, même si ses disques sont devenus difficilement trouvables (Naïve serait bien inspiré de rééditer tout ce que Kruysen a laissé chez Valois, les Debussy bien sûr, mais les Duparc, Poulenc, etc.)

5130WY4010L._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On ne saurait négliger Gérard Souzay, interprète exceptionnel de la mélodie française, mais dont le maniérisme peut parfois irriter.

5131bcDzcyL._SL500_AA300_.jpg