LA MALLE AUX TRESORS (I)

Après EMI et UNIVERSAL (DECCA, DEUTSCHE GRAMMOPHON), le groupe SONY s’est – enfin !- résolu à une exploitation raisonnée et intelligente de son extraordinaire catalogue classique, provenant des fonds CBS, SONY, RCA, DEUTSCHE HARMONIA MUNDI. Cela nous vaut une pluie de coffrets à tout petit prix (moins de 2 euros le CD !). 

Et parmi ceux-ci nombre d’interprétations qui n’étaient plus (ou n’ont jamais été en Europe) disponibles. A saisir d’urgence et/ou à offrir en cadeau.

Je commence par les premiers coffrets issus du catalogue RCA.

D’abord l’immense Artur RUBINSTEIN dans CHOPIN – inégalé – et dans BRAHMS – moins connu et pourtant génial –

51B8nnlaunL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Une quasi-intégrale, sauf les Etudes que Rubinstein n’a jamais osé enregistrer !)

415OsLeocAL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Les deux concertos bien sûr, notamment le 1er que Rubinstein a toujours préféré au second, les Trios avec piano enregistrés au soir de sa vie avec Szeryng et Fournier, ainsi que les quatuors et quintette avec piano – sublimes – avec le tout jeune quatuor Guarneri, des pièces pour piano seul…)

Toujours dans cette première livraison de coffrets, l’insurpassable Fritz Reiner dans des interprétations anthologiques de Richard Strauss

4164bTS6R7L._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Ainsi parlait Zarathoustra, Une vie de héros, Don Quichotte, le Bourgeois gentilhomme, Don Juan, Sinfonia domestica, et des extraits de Salomé avec l’incandescente Inge Borkh, le tout dans des prises de son légendaires de la fin des années 50)

Dans une prochaine chronique, j’évoquerai les Bruckner de Wand, les Mahler de Levine, et encore bien d’autres trésors

Auteur : JPRousseau

Globetrotter, world traveler