RICCARDO MUTI

Riccardo Muti dirigeait, hier soir à Liège, Don Pasquale de Donizetti en version concertante.

L’occasion de faire le point sur une très riche discographie, et d’épingler quelques-uns de mes enregistrements favoris.

D’abord une magnifique trilogie Mozart/Da Ponte captée « sur le vif » au festival de Salzbourg avec des plateaux et un philharmonique de Vienne en état de grâce

decoration

Il faudrait citer la quasi-totalité de ses Verdi, bien supérieurs dramatiquement aux versions parfois aseptisées d’Abbado

decoration decoration

Magnifiques Bellini, élégants, inspirés

decorationdecoration`

Mais Muti c’est aussi la (re)découverte des grands ouvrages choraux de Cherubini

decorationdecoration

Riccardo Muti, enfin, c’est la mise au jour d’une musique italienne méconnue, oubliée.

decoration

decorationdecorationdecoration

Auteur : JPRousseau

Globetrotter, world traveler

2 réflexions sur « RICCARDO MUTI »

  1. Ne pas oublier sa fort belle intégrale des symphonies de Tchaikovsky avec le Philharmonia Orchestra (ré-éditée par Brilliant)… (très grandes versions de Manfred, la 1 et la 4…)

    J'aime

Les commentaires sont fermés.