ANCERL CENTENAIRE

Le centenaire de Karajan a éclipsé ceux d’autres très grands chefs, Joseph Keilberth (j’y reviendrai) ou Karel Ancerl.

A propos d’Ancerl, une anecdote terrible, qui en dit long sur certaines moeurs musicales françaises: le plus grand chef tchèque vivant fuit son pays à l’automne 1968, à la suite des événements que l’on sait. Il se réfugie à Paris. L’Orchestre de Paris vient de perdre brutalement son chef fondateur Charles Munch. D’aucuns pensent évidemment à Ancerl, qui est là, disponible, à l’apogée de son talent. "Pas assez connu" rétorqueront les officiels qui décident…d’inviter Karajan !

Ancerl quittera donc la France, qui n’a pas été capable de le retenir et trouvera à Toronto son dernier port d’attache. Il y mourra en 1973.

Tous les enregistrements d’Ancerl méritent d’être réécoutés. Bartok, Stravinsky, les Tchèques bien sûr, mais aussi Brahms et Mahler

Ancerl Gold Edition 33: MAHLER Symphony No. 9Karel Ancerl

Ancerl Gold Edition 32: STRAVINSKY Les Noces; Cantata, MassAncerl Gold Edition 39: SHOSTAKOVICH Symphonies Nos. 1 & 5